Douleur chronique : les antidouleurs doivent-ils être prescrits ?

Johanna Amselem
·2 min de lecture
Douleur chronique : les antidouleurs doivent-ils être prescrits ?
Douleur chronique : les antidouleurs doivent-ils être prescrits ?

Une étude pointe l’inefficacité du paracétamol, de l’aspirine et de l’ibuprofène pour soulager la douleur. Les auteurs dénoncent une mauvaise approche.

Un adulte sur cinq souffre de douleur chronique. La douleur devient chronique quand elle excède trois mois et devient récurrente. Comme le rapporte l’institut Analgesia, 70% des malades souffrant de douleur chronique présentent des répercussions psycho-sociales (troubles du sommeil, anxiété, dépression, troubles cognitifs). Au quotidien, les patients ne savent pas toujours comment soulager cette douleur persistante.

Paracétamol, aspirine ou ibuprofène, ils se tournent souvent vers les mêmes remèdes. Pourtant, ce n’est peut-être pas la meilleure idée. D’après une étude menée par le National Institute for Health and Care Excellence (Nice), les traitements couramment utilisés pour soulager la douleur chronique peuvent faire plus de mal que de bien. “Le projet de directive recommande que certains antidépresseurs puissent être envisagés pour les personnes souffrant de douleur primaire chronique. Cependant, il indique que le paracétamol, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (notamment l'aspirine et l'ibuprofène), les benzodiazépines ou les opioïdes ne doivent pas être proposés”, note le texte.

Penser à l’acupuncture

Précisément, ces médicaments ne feraient pas de différence concernant la qualité de vie, la douleur ou la détresse psychologique des malades. Autre élément important, il existe “des preuves qu'ils peuvent causer des dommages, y compris une éventuelle dépendance”, alerte l’étude. Les auteurs rappellent la nécessité de placer le patient au cœur des soins et de mettre en place une collaboration avec le professionnel de santé. L’étude met en avant l’importance d’une “bonne communication et son impact sur l'expérience de prise en charge des personnes souffrant de douleur chronique”.

Mais alors, quelle prise en charge contre la douleur chronique ? Les chercheurs précisent que l’acupuncture peut être envisagée pour soulager la douleur sous certaines conditions. “Ce que ce projet de directive met en évidence, c'est l'importance fondamentale d'une bonne communication pour l'expérience des soins pour les personnes souffrant de douleur chronique. Lorsque de nombreux traitements sont inefficaces ou mal tolérés, il est important de comprendre comment la douleur affecte la vie d'une personne et son entourage, car savoir ce qui est important pour la personne est la première étape de l'élaboration d'un plan de soins efficace”, détaille Paul Chrisp, directeur du Center for Guidelines