"Donald Trump est une menace continue pour la Constitution et notre démocratie"

Une autre étape dans la procédure de destitution du président des Etats-Unis, le débat juridique au sein de la commission judiciaire.

Pendant 8 heures, quatre experts en droit ont témoigné. Conclusion du président de la commission judiciaire Jerry Nadler : "Donald Trump représente une menace continue pour la constitution et notre démocratie". Trois des experts avaient été choisis par les démocrates.

Selon Michael Gerhardt, professeur en droit de l'université de Caroline du Nord :

"Si ce dont nous parlons n'est pas sujet à destitution, alors rien ne l'est. Les auteurs de la constitution ont précisément rédiger cette procédure pour protéger le pays de cette inconduite."

Ce à quoi Pamela Karlan, de l'université de Stanford a ajouté :

"L'idée même qu'un président puisse demander l'aide d'un gouvernement étranger pour sa campagne de réélection les aurait horrifiés. Mais d'après les preuves, c'est ce que le Président Trump a fait."

Et Noah Feldman, professeur en droit de l'université d'Harvard, d'enfoncer le clou :

"Un président qui ne veut pas coopérer à une enquête de destitution se met au-dessus de la loi. Et se mettre au-dessus de la loi en tant que président est au cœur d'un délit passible d'un procédure de destitution".

Mais le quatrième expert en droit, choisi par les Républicains, le professeur en droit de l'université George Washington Jonathan Turley, a déploré le manque de "preuves directes" contre le président et la "précipitation" des démocrates :

"C'est certainement le plus petit dossier d'accusation de l'ère moderne. Si vous regardez les dossiers de Clinton et Nixon, ils étaient énormes en comparaison à celui-ci qui est presqu'aussi mince qu'une tranche de silicium."

Une fois rédigés, les chefs d'accusation qui pourraient être "abus de pouvoir, corruption, entrave à la bonne marche du Congrès et entrave à la justice", seront soumis à un vote en séance plénière à la chambre basse du Congrès, peut-être avant Noël.

Le Sénat sera ensuite chargé de juger le président. Il faudrait une majorité des deux tiers pour destituer Donald Trump, ce qui paraît très improbable.

L'anecdote de ces auditions

Pendant son témoignage, Pamela Karlan, de l'université Stanford, a souligné que la Constitution américaine ne donnait pas au chef de l'exécutif le pouvoir absolu d'un roi.

"Donald Trump peut appeler son fils Barron, mais ne peut pas en faire un baron", a-t-elle plaisanté en référence au dernier fils du président.

Ce qui a fait immédiatement réagir Melania Trump sur Twitter : Un enfant "doit être tenu à l'écart de la politique". "Pamela Karlan, vous devriez avoir honte de vos courbettes politiques, évidemment partisanes".

Faire référence au fils du président, qui n'a que 13 ans, "vous donne l'air méchante", lui a également dit l'élu républicain Matt Gaetz en l'interrogeant sur ses dons aux campagnes de plusieurs candidats démocrates.

Pamela Karlan s'est excusée d'avoir cité l'adolescent, sans revenir sur le fond de sa déclaration.