Documentaire, titre avec Angèle... Comment Orelsan a orchestré la réédition de son album

Le rappeur Orelsan sort ce vendredi 28 octobre une réédition de son album
Le rappeur Orelsan sort ce vendredi 28 octobre une réédition de son album

Faire son retour de manière originale après un album couronné de succès. Tel était l'enjeu d'Orelsan avec Civilisation perdue, réédition de son précédent opus Civilisation sorti en 2021.

Et pour dévoiler ce vendredi, ce disque composé de dix nouveaux titres inédits, le rappeur caennais a imaginé une promotion ingénieuse: tous les morceaux de cette réédition sont des maquettes "ratés" de Civilisation présentées dans la saison 2 du documentaire Montre jamais ça à personne, filmé par son frère Clément Cotentin.

Une stratégie audacieuse à laquelle est venu s'ajouter un featuring avec la chanteuse Angèle - lui aussi teasé dans le documentaire- créant ainsi assez astucieusement une attente supplémentaire auprès des fans des deux artistes.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Des morceaux "pas si nazes"

Comme pour son précedent opus Civilisation, Orelsan profite à nouveau du coup de projecteur que lui apporte la diffusion de la deuxième saison de Montre jamais ça à personne - filmée par son frère Clément Cotentin - pour sortir de la musique. À une différence près: cette fois, même s'il n'est pas présenté comme tel, ce documentaire fait office de véritable teaser à sa réédition Civilisation perdue.

Cette saison 2 montre en effet Orelsan dans les coulisses de la confection de son album Civilisation en plein confinement. On suit le rappeur à travers les différentes étapes du processus de création de son disque, et notamment lorsqu'il fait écouter ses premières maquettes à ses acolytes Ablaye et Skread.

Dans cette séquence, les deux amis d'Orelsan estiment que beaucoup de morceaux sont à jeter à la poubelle.

"C’est le summum du truc le plus pourri qu’il pouvait faire", assure même Skread dans le documentaire en mentionnant le titre de Ah la France, qu'il qualifie de "catastrophique".

Pourtant de ces morceaux "ratés" le rappeur va en faire sa réédition. Ah la France, Ok... Super..., Point de rupture, On a gagné... Chaque titre critiqué par Skread et Ablaye dans le documentaire se retrouve étonnament sur Civilisation perdue.

Un choix audacieux mais assumé selon Orelsan, qui confiait lors de l'annonce de la sortie de ce nouveau disque s'être rendu compte, au vu de la réaction de son public à ce passage du documentaire, que ces titres étaient en réalité "pas si nazes".

"J'ai revu toutes les maquettes que j'avais faites dans le doc à l'époque et je m'étais dit qu'il y en avait qui étaient pas si nazes. Du coup pendant les sept derniers mois je les ai retravaillées et je vais les sortir", indiquait Orelsan dans un court teaser réalisé par Clément Cotentin sur Instagram pour annoncer la sortie de la réédition.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Le choix habile du format de la réédition

Comme il avait pu le faire pour son album La Fête est finie, Orelsan a décidé d'ajouter ses nouveaux titres à son dernier disque en date, Civilisation, afin d'en faire une réédition. Un format habile pour donner une seconde vie à son projet initial, dont les ventes avaient cartonné (album le plus vendu en 2021 avec près de 340.000 exemplaires à la fin de l'année).

Mais la réédition peut être un choix "risqué pour un artiste", comme le rappelle Henzy, rédacteur en chef du média spécialisé Ventes Rap, dans un article du média rap Booska-P.

"Il arrive que l’auditeur se sente pris pour un con lorsqu’il se rend compte que parfois, dans les rééditions qu’il écoute, se trouvent surtout des chutes de studio qui n’avaient pas été retenues dans la version initiale du projet", assure-t-il.

Mais ce qui pourrait être reproché à un autre artiste semble ici acceptable pour Orelsan qui assume ouvertement que tous ses nouveaux morceaux sont des maquettes initialement non retenues. Et étonnamment, ça fonctionne. En témoignent certains titres de la réédition qui dépassent déjà les 40.000 vues sur YouTube, moins de 24 heures après leur sortie.

Un featuring avec Angèle

Autre axe fort de la promotion de Civilisation perdue, la collaboration entre Orelsan et Angèle. Et pour cause, le morceau, baptisé Évidemment, avait une fois encore été teasé dans la deuxième partie de Montre jamais ça à personne, où l'on apprenait qu'il n'avait pas été terminé à temps pour figurer sur l'album Civilisation d'Orelsan en 2021.

En panne d'inspiration, le rappeur avait en effet mis plusieurs mois à écrire son couplet sur le morceau et, quand le titre était enfin prêt de son côté, la chanteuse belge n'était plus disponible pour terminer l'enregistrement.

J’ai dû lui dire: 'Désolé Orel, ça va pas le faire, on va pas avoir le temps.' Vous étiez à la bourre quoi", confie Angèle dans la saison 2 de Montre jamais ça à personne.

Depuis la diffusion du documentaire, les fans des deux artistes attendaient donc avec impatience la sortie de ce titre, aux allures de single, qui est d'ores et déjà assuré d'être le tube de l'automne.

Pas d'édition limité

Pour la promotion de la première version de Civilisation en 2021, Orelsan avait imaginé plusieurs disques en édition limitée à l'effigie de chaque titre de l'album. Cette stratégie marketing, critiquée par certains rappeurs, avait notamment permis à l'artiste d'être certifié disque d'or rien qu'avec les précommandes du projet, puis disque de platine seulement une semaine apès sa sortie.

Mais cette fois, Civilisation perdue ne sortira ni en édition limitée ni seul. Pour l'obtenir, les auditeurs d'Orelsan doivent obligatoirement acheter un nouvel album baptisé Civilisation édition ultime qui regroupe les deux disques Civilisation et Civilisation perdue.

Une manière de redonner une nouvelle fois vie à son album initial qui s'avère efficace: Presque un an après sa sortie, Civilisation est remonté 6ème au classement des albums les plus vendus cette semaine, selon le SNEP.

Article original publié sur BFMTV.com