Le discours du collectif #MeToo censuré par les Molières ?

Le discours du collectif #MeToo censuré par les Molières ? (lepoint.fr)

Après l'annulation de son discours, le collectif dit être réduit au silence. L'organisation estime que leur texte sortait du cadre, rapporte « franceinfo ».

Après la grand-messe du cinéma français avec les César, vient celle du théâtre avec la prestigieuse cérémonie des Molières, lundi 30 mai. Ce rendez-vous annuel fait la lumière sur les auteurs, les comédiens et les techniciens des représentations scéniques qui ont fait palpiter les spectateurs. Nombreuses sont les personnalités, parfois aussi des associations, à être invitées sur scène lors de l'événement pour un discours, souvent philosophique ou engagé. Quelques heures avant le début de l'événement, lundi 30 mai, franceinfo révèle des tensions pendant les préparatifs. La prise de parole de deux membres du collectif #MeTooThéâtre, qui devaient dénoncer en direct devant des millions de téléspectateurs les violences sexuelles et physiques commises dans le milieu, a été décommandée.

« Nous avons préparé un texte qu'on leur a transmis et on m'a rappelé pour me dire que ça n'allait pas être possible, que je devais réécrire quelque chose », explique avec une amertume notable Marie Coquille-Chambel, critique de théâtre et militante féministe au sein du collectif, en évoquant les organisateurs de l'événement. « Pour nous c'était impossible de réécrire, d'être censurées, de ne pas pouvoir avoir une parole libre sur des violences », poursuit celle qui avait brisé le silence en portant plainte contre son ancien compagnon, un comédien de la Comédie-Française. Président des Molières, Jean-Marc Dumontet réfute en bloc ces accusations de censure.

Lire la suite

VIDÉO - Philippe Lellouche assassine les Molière au micro de RTL

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles