Publicité

"Comme le disait le regretté Chandler Bing": en pleine motion de censure, une députée macroniste cite "Friends"

Une phrase étonnante. Dans un hémicycle très clairsemé, la députée Renaissance Caroline Abadie a défendu ce lundi 5 février le gouvernement de Gabriel Attal, soumis à sa première motion de censure depuis son arrivée à Matignon. Pour tancer la Nupes, l'élue de l'Isère a choisi de citer... la série "Friends".

"Comme le disait le regretté Chandler Bing avec beaucoup d'autodérision: 'ce n'est pas ce que tu dis, c'est la façon dont tu le dis'", a lancé cette ex-patronne de chambres d'hôtes à la tribune.

Attal circonspect

Avant d'accuser La France insoumise de "crier au déni de démocratie, à la castastrophe, comme toujours et à force de crier au loup, on va devoir renommer 'Pierre et le loup' 'Jean-Luc et le loup'".

Est-ce le lien sinueux entre la série américaine et le conte symphonique de Sergueï Prokofiev ? La métaphore de Caroline Abadie a en tout cas fait flop.

Si les insoumis ont regretté que Gabriel Attal ne se soumette pas à un vote de confiance à l'issue de son discours de politique générale, ils n'ont pas réagi à cette pique. Le Premier ministre lui-même a semblé circonspect en l'écoutant.

Une phrase prononcée par Joey

Il faut dire qu'au-delà de la référence au personnage de Chandler Bing, la référence est inexacte. Ce n'est pas Matthew Perry qui incarnait ce rôle et qui est mort en décembre dernier qui lance cette réplique dans "Friends" mais son colocataire et meilleur ami Joey.

La phrase citée par la députée vient d'un épisode où ce dernier, qui partage désormais son appartement avec une jeune femme (jouée par Elle MacPherson), apprécie ses goûts en décoration. Au menu: des pots pourris, des magazines de décoration et des photos de bébé au mur.

De quoi pousser Chandler à lui dire "tu deviens une femme" et d'agacer Joey qui lui répond alors : "C'est pas ce que tu dis, c'est la façon dont tu l'as dit... Chandler, j'ai peur. Je suis devenue une gonzesse".

Autant dire que l'univers de l'Assemblée nationale semble assez lointain et n'a guère influé sur le résultat de la motion de la censure. Sans surprise, elle a été largement rejetée.

Article original publié sur BFMTV.com