Deux Prix Nobel d'économie alertent sur les dangers du bitcoin

Libération.fr
Le prix Nobel d'économie Jean Tirole lors d'une conférence sur le thème «ruptures technologiques et inégalités», au ministère de l'Economie à Paris, le 21 novembre.

Alors que la devise numérique, après avoir atteint un pic à 11 000 dollars mercredi, accusait une baisse de 14,98% jeudi après-midi sous les 9 500 dollars, le français Jean Tirole et l'américain Joseph Stiglitz jugent la crypto-monnaie socialement inutile et nuisible.

A 24 heures d’écart, deux Prix Nobel d’économie mettent en garde contre le bitcoin et la folle hausse du cours de ces derniers jours. En milieu d’après-midi, la devise numérique en nette baisse valait 9 438,41 dollars (7 926 euros), en recul de 14,98% sur les dernières 24 heures après avoir dépassé pendant deux heures les 11 000 dollars mercredi en début de soirée.

Dans une tribune publiée jeudi par le Financial Times de Londres, le français Jean Tirole, économiste à l’Ecole d’économie de Toulouse et Prix Nobel 2014, juge ainsi que le bitcoin est «un actif sans valeur intrinsèque», «sans réalité économique». Alors que la plupart des analystes s’accordent sur la nature totalement irrationnelle du mouvement actuel, Jean Tirole estime que «son prix pourrait carrément tomber à zéro si la confiance dans le système venait à disparaître».

À lire aussiBitcoin : la crypto-mania

L’économiste rappelle que l’histoire est jalonnée de bulles : celle des bulbes de tulipes aux Pays-Bas au XVIIe siècle, la bulle des mers du Sud un siècle plus tard qui explosa en Grande-Bretagne en 1720, les bulles immobilières, etc. Il estime ironiquement que le bitcoin pourrait devenir «le nouvel or», une matière première à laquelle la communauté qui gravite autour de la crypto-monnaie le compare souvent en y ajoutant le terme «numérique» mais pour ajouter qu’il ne mettra pas pour autant ses «économies» dedans et qu’il ne souhaite pas que les «banques régulées parient sur sa valeur».

Une allusion possible à l’information du Wall Street Journal selon laquelle la banque d’affaires new-yorkaise Goldman Sachs aurait décidé de lui consacrer une petite cellule afin de servir ses clients insititutionnels qui souhaiteraient en acheter. (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Gemalto annonce la suppression de 288 emplois en France
Le Maire pour une nouvelle relation avec la Chine basée sur la réciprocité
Assez de caricatures sur l’expérimentation animale
La Bourse de Paris finit en repli
Immobilier ancien: les prix grimpent à Paris

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages