Deux lacs disparaissent en Hongrie, victimes de la sécheresse

Des lacs asséchés, des carcasses de poissons, un paysage désertique. Vous n'êtes pas dans un film d'anticipation mais dans le nord-est de la Hongrie. Ces dernières semaines, deux lacs du pays autrefois prisés des pêcheurs ont pratiquement disparu.

La cause : le manque de précipitations, le coupable : le réchauffement climatique. Les habitués du lac découvrent la scène et peinent à réaliser, comme László Szabó : "Je suis choqué. L'eau était si claire avant, et maintenant elle a complètement disparu", se lamente-t-il.

En un mois, la région a reçu 50 millimètres de pluie en moins qu'habituellement. Un déficit fatal pour la faune et la flore locale.

A l'autre bout du pays, au sud-ouest, le lac Bic Serdi connaît le même sort.Sur le sol craquelé, une cigogne cherche désespérément de quoi se nourrir. Pourtant ici tout l'indique, avant de se vider le lac regorgeait de poissons.

L'agriculture elle aussi est directement touchée par le manque d'eau. Les producteurs prennent des précautions mais s'inquiètent : "Après chaque opération, nous scellons la couche supérieure du sol pour éviter que ce peu d'eau ne s'évapore. Malheureusement, cette année, il n'y avait rien à évaporer, il n'y avait pas de réserve. En hiver, le sol n'a pas pu se remplir d'eau comme d'habitude", raconte Tamás Petőházi, président de l'Association nationale des producteurs de céréales.

Dans le contexte de l'inflation liée à la guerre en Ukraine et la reprise économique, les pertes de récoltes arrivent au pire moment pour la Hongrie. La sécheresse pourrait encore un peu plus aggraver la situation.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles