Depuis la braderie de Lille, Mélenchon dit à Borne : « le chaos, c'est vous »

FRANCOIS GREUEZ/SIPA

Présent à la braderie de Lille, le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon a répliqué à la déclaration de la Première ministre Elisabeth Borne.

Le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon a renvoyé samedi à la Première ministre Elisabeth Borne sa critique sur une recherche du chaos, en lançant depuis la braderie de Lille que "le chaos, c'est vous!".

"Quand nous engageons, comme c'est normal dans une démocratie, notre travail d'opposant, (...) il nous est répondu sans cesse par des injures, par des mises en cause", a jugé l'ancien candidat à la présidentielle, lors d'un long discours depuis le stand de l'alliance de gauche Nupes.

"Et Mme Borne qui dit +les insoumis veulent le chaos+. Pardon Madame, le chaos c'est vous", a accusé M. Mélenchon. Il y a une semaine, il avait promis pour la rentrée politique "la bataille générale" face au gouvernement, et estimé qu'un "compte à rebours de la dissolution" de l'Assemblée nationale était enclenché.

"La taxe sur les superprofits (des entreprises), c'est la première des batailles qu'il faut gagner", déclare Mélenchon

La cheffe du gouvernement a ensuite reproché à la France insoumise de "vouloir le chaos" plutôt que de chercher à "trouver des réponses pour les Français". Mais, a rétorqué samedi M. Mélenchon, "c'est vous qui avez tout désorganisé, c'est vous qui êtes responsable de cette rentrée sociale pourrie, de cette rentrée scolaire qui ne fonctionne pas, etc."

Face à l'inflation et la crise énergétique, le dirigeant insoumis estime que "la taxe sur les superprofits (des entreprises), c'est la première des batailles qu'il faut gagner". Il a en outre répété son appel à une "immense marche sur Paris" en octobre. Celle-ci doit "permettre d'entrer en confrontation" avec la politique d'Emmanuel Macron, avait-il dit fin août.

Peu avant sur le même stand de la braderie de Lille, son lieutenant Adrien Quatennens, député(...)

Lire la suite sur Paris Match

VIDÉO - Nupes : comment va évoluer la coalition de gauche à la rentrée ?