Publicité

Pas d'anthropocène, des disques de l'humanité sur la Lune et l'alerte d'étouffement au cerveau : l'actu des sciences en ultrabrèves

Au sommaire des ultrabrèves du 26 mars 2024 : nous ne sommes pas entrés dans l’anthropocène, 24 disques de rubis offrant une image de notre humanité sur la Lune et la découverte des neurones alertant le cerveau lors d'un étouffement.

L'actualité des sciences du 26 mars 2024, c'est :

En Nature & Environnement : Des géologues l’affirment : nous ne sommes pas entrés dans l’anthropocène.

  • Une commission de l’Union internationale des sciences géologiques, chargée de définir les ères géologiques, a rejeté la notion d’anthropocène qui devait marquer l’influence croissante de l’humain sur la Terre.

  • L’humanité n’est donc pas entrée dans une nouvelle ère géologique et reste donc dans l’holocène, qui a débuté il y a 11.700 ans.

  • Si le vote ne fait pas l’unanimité, l’IUGS précise toutefois que le terme "anthropocène" garde toute sa valeur et peut être utilisé par tous ceux dont le travail est de décrire les impacts de l’activité humaine sur l’environnement global.


En Univers : Déposer sur la Lune un instantané de l'humanité : le pari de Sanctuary on the moon.

  • Benoît Faiveley, l’ingénieur derrière le projet Sanctuary on The Moon, prévoit de déposer une capsule temporelle sur la Lune en 2027, contenant 24 disques de rubis donnant une image de notre humanité, soutenu par différents organismes comme l’Unesco, Inria, le CEA ou encore la Nasa.

  • Les disques, gravés avec une technologie de pointe, offrent un aperçu de la science, de la génétique et de la culture humaine dans un triptyque destiné à constituer une capsule temporelle unique sur la Lune.

  • Chaque disque contenant entre 3,5 milliards et 7 milliards de pixels permettra de former des images visibles à l’œil nu ou à la loupe, surpassant largement la résolution d'une télévision 4K de seulement 9 millions de pixels.


En Santé : Étouffement : ces neurones qui tentent de nous sauver.

  • Une étude de Harvard a révélé le mécanisme par lequel les voies respiratoires alertent le cerveau en cas d'obstruction, déclenchant ainsi le réflexe vital de "gasp".

  • Ce processus implique des neurones jusqu'alors méconnus, qui réagissent à la pression exercée sur les voies aériennes grâce à une protéine nommée Piezo2.

  • Cette découverte offre de nouvelles perspectives sur la maniè[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi