Publicité

Délinquance: c'est quoi les opérations "place nette" que Emmanuel Macron veut multiplier?

Inspection des parties communes et des caves, contrôles d'identité ou encore mobilisation de chiens spécialisés en recherche de stupéfiants et armes: Emmanuel Macron a annoncé ce mardi 16 janvier le renforcement des opérations "place nette", un dispositif destiné à lutter contre le trafic de drogue et la délinquance.

"Nous allons accroître le rythme à partir la semaine prochaine. Dix opérations de ce type seront conduites chaque semaine" dans "toutes les catégories de ville", pour restaurer "l'ordre", a déclaré le chef de l'État lors de sa conférence de presse.

Des "actions visibles et d'ampleur"

Lancé au dernier trimestre 2023, sous l'égide du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, ce dispositif est destiné à lutter contre la délinquance et le trafic de drogue "sur les secteurs difficiles des grandes agglomérations", peut-on lire sur le site de la police nationale.

Lors de ces opérations, "nécessairement accompagnées d’actions visibles et d’ampleur sur la voie publique", les policiers procèdent à l'inspection "des parties communes et des caves", mais également "des commerces" pouvant servir de base arrière à des trafics de drogue, ainsi qu'à "des contrôles d’identité".

Ils mobilisent aussi des "chiens spécialisés en recherche de stupéfiants et armes", sécurisent les transports en communs et enlèvent "systématiquement les véhicules dits "ventouses".

Saisies et interpellation

Depuis la mise en place du dispositif, des opérations "place nette" ont déjà eu lieu, dans plusieurs villes de France, dont Nîmes, Valence, Garge-lès-Gonesse, Poitiers, Tours.

L'une d'elles, organisée à Montargis du 5 au 8 décembre, qui a mobilisé 70 policiers, a permis la saisie de 1,5 kilogramme de stupéfiants, d’héroïne, de matériel de découpe et de conditionnement, d'une arme de poing et d'un couteau, ainsi que de 12.000 euros découverts dans des véhicules.

Sept personnes ont été interpellées, selon le communiqué publié par la préfecture du Loiret.

Article original publié sur BFMTV.com