Délation. Pékin encourage à dénoncer le “nihilisme historique”

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Dans le cadre du centenaire du Parti communiste chinois, les autorités chinoises encouragent la population à dénoncer sur Internet les discours coupables d’“attaquer, diaboliser ou calomnier” l’histoire de la révolution chinoise.

Le centenaire du Parti communiste chinois (PCC) donne lieu cette année à une série de célébrations dans l’empire du Milieu (colloques, expos, représentations théâtrales), qui culminera le 23 juillet, jour anniversaire du premier Congrès du Parti, à Shanghai, en 1921. De son côté, le bureau d’État de l’information sur Internet a décidé de commémorer l’événement à sa manière, en créant un espace spécial destiné à… la délation. Sur son site officiel, le public peut désormais dénoncer “le nihilisme historique et les informations nuisibles” concernant l’histoire de la révolution chinoise, annonce le bureau d’État sur son compte officiel du réseau social chinois Weixin.

“Pour faire périr un pays, commencez d’abord par saboter sa vision historique” : dans son communiqué, le bureau d’État de l’information sur Internet reprend cette phrase du poète Gong Zizhen (1792-1841), déjà citée par Xi Jinping dans son discours du 5 janvier 2013, soit deux mois avant d’accéder à la présidence de la République. L’ennemi ? Des forces hostiles qui feraient tout leur possible pour “attaquer, diaboliser et calomnier” l’histoire de la révolution chinoise et celle de la nouvelle Chine, dans le but d’inciter au renversement de la direction du PCC et du système socialiste chinois.

À lire aussi: Éducation. Pékin reprend en main les manuels d’histoire hongkongais

Le bureau d’État de l’information sur Internet a fixé ces quatre catégories de propos à dénoncer :

  • les propos déformant l’histoire du Parti, celle de la nouvelle Chine ou du développement socialiste ;

  • les attaques qui visent la direction du Parti, son idéologie directrice et sa politique ;

  • le dénigrement des

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :