Déconfinement. Pour les petits commerces parisiens, le plus dur reste à venir

Financial Times (Londres)
1 / 2

Déconfinement. Pour les petits commerces parisiens, le plus dur reste à venir

Avec le déconfinement, le 11 mai sonne enfin la réouverture des petits commerces. Mais à l’image de ces propriétaires de la rue du Poteau, à Paris, que le Financial Times a rencontrés, beaucoup craignent de ne pas pouvoir se relever de la crise.

Olivier Michel a célébré les vingt-cinq ans de sa librairie, L’Humeur Vagabonde, avec le rideau baissé, rapporte le Financial Times. Ses deux petites boutiques dans la rue du Poteau, au nord de Paris, ont fermé leurs portes à l’annonce du confinement. À l’image de milliers d’entreprises parisiennes, M. Michel a dû mettre ses six employés au chômage partiel. Aujourd’hui, après sept semaines d’arrêt, il n’est pas sûr que sa société puisse survivre au “nouveau normal” qui s’annonce.

À lire aussi: Vu du Canada. En France, le déconfinement va commencer dans la méfiance

Le libraire passe ses journées à préparer le déconfinement. Il s’inquiète :

Le confinement, c’était le plus facile… mais ensuite, quand nous relancerons la machine, que se passera-t-il ? Tous les aides disparaîtront. Nous sauterons dans l’inconnu sans savoir pour combien de temps.”

Selon ses calculs, il en aura pour environ 3 000 à 4 000 euros de masques, désinfectants, vitres de protection et gel hydroalcoolique.

Distanciation sociale et paiement du loyer

Malgré toutes ces précautions, il sait qu’il ne pourra pas

[...] Retrouvez cet article sur Courrier international

À lire aussi :