Publicité

"Une décharge publique": le témoignage du sénateur François Patriat, dont la maison a été vandalisée

Un élu dans l'incompréhension. Mardi 12 mars 2024, le domicile du sénateur macroniste François Patriat, situé à Créancey en Côte-d'Or, a été la cible d'actes de vandalisme au cours de la nuit précédente. Du fumier, de la laine et d'autres déchets ont été déversés devant la résidence. Deux cadavres de sangliers ont aussi été accrochés au portail.

Invité ce mercredi 13 mars sur BFMTV, l'ancien ministre de l'Agriculture et de la Pêche u gouvernement Jospin témoigne de sa stupeur à la découverte de l'état de son domicile.

"On aurait cru une décharge publique tellement les images étaient violentes en termes de pourriture, fumier, purin, d’odeurs qui restent encore dans la maison ce matin, de débris", dit-il.

Plusieurs messages, qui semblent liés à la colère des agriculteurs, ont également été inscrits. "N'oublie pas tes racines", peut-on lire sur une bâche, tandis qu'un tag sur la route porte les mots: "Cette fois passe le message à Macron".

Appel de Macron

Absent au moment des faits, François Patriat assure toutefois que sa femme, qui se trouvait sur place, n'a rien entendu. "Elle a été choquée, le problème c’est qu’elle allait chez le médecin et qu’elle n’a pas pu quitter le domicile, elle était bloquée dans la maison, c’était un sentiment d’intrusion personnelle dramatique", ajoute-t-il.

Le sénateur l'assure, "ce n'est pas la première fois que ça arrive", mais "jamais à ce point."

"C'est une forme de lâcheté, de sauvagerie qui ne sert pas la cause du monde agricole que je défends depuis des années, avec qui je dialogue, je n’ai jamais fui mes responsabilités", assure-t-il.

François Patriat, qui a déposé plainte dès mardi matin, assure avoir reçu plusieurs messages dont celui du sous-préfet de Côte-d'Or, mais également celui d'Emmanuel Macron, dont il la été l'un des soutiens de la première heure.

"Il m’a appelé très gentiment, m’a dit 'je pense à vous, ce qui t’arrive est scandaleux.' C'est un message chaleureux, je n’ai jamais eu autant d’amis qu’aujourd’hui", ironise-t-il.

D'autres responsables politiques, comme la ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture Agnès Pannier-Runacher sur X, ont témoigné leur soutien au sénateur.

Le domicile de François Patriat se situe près d'un des barrages d'agriculteurs mis en place sur l'A6 lors du mouvement de colère de février.

Article original publié sur BFMTV.com