La cystite, une infection bénigne, mais toujours un "cauchemar féminin"

·2 min de lecture

Le Dr Jean-Marc Bohbot et la journaliste santé Rica Etienne, auteurs du livre “La cystite, le cauchemar féminin”, ont répondu aux question du HuffPost.

SANTÉ - Vous avez peut-être déjà ressenti sa brûlure cuisante, son inconfort lancinant, à tel point qu’aller uriner devient un cauchemar et que votre qualité de vie en est altérée: la cystite.

Une femme sur deux connaîtra au cours de sa vie au moins un épisode de cystite. Sur ces femmes, 20% environ vont faire une récidive et 30% d’entre elles feront encore un autre épisode. Pourtant à ce jour, la recherche est encore loin d’être au point sur cette pathologie qui a longtemps été invisible dans l’histoire de la santé. De même que sa prise en charge par le corps médical qui est encore tâtonnante.

Le Dr Jean-Marc Bohbot, infectiologue et andrologue à l’institut Fournier, et la journaliste santé Rica Etienne se sont penchés sur cette maladie qui “pourrit la vie des femmes”, notamment en été. Ensemble, ils nous expliquent pourquoi la cystite reste encore aujourd’hui un “cauchemar féminin” selon le titre de leur livre paru chez Flammarion en avril 2021.

Vous écrivez dans votre livre que la vessie a longtemps été une histoire d’homme, et celle de la femme alors?

Rica Étienne: “Il s’avère qu’historiquement on s’est très peu intéressé à la vessie de la femme et ses pathologies, dont la cystite. Nous avons fait des recherches historiques et on n’a rien trouvé à ce niveau-là sur les femmes.

On s’étend sur les coliques néphrétiques de Montaigne, on parle des soucis d’urètre et de rétention d’urine d’Henri IV, des problèmes urinaires et prostatiques de Napoléon, mais pas un seul article sur les problèmes urinaires des femmes. Même les tablettes...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles