Publicité

Le cyclone Belal "devrait directement impacter et traverser" La Réunion avec "des vents extrêmes"

Le cyclone Belal "devrait directement impacter et traverser" l'île française de La Réunion dans l'océan Indien ce lundi avec "des vents extrêmes", selon les prévisions de Météo-France, sans toutefois "atteindre le stade de cyclone tropical intense".

Le cyclone tropical s'est intensifié dans la nuit de dimanche à lundi et s'approche par le nord-ouest de l'île, où les conditions ont commencé à se dégrader. "Selon les dernières prévisions, l'oeil du cyclone devrait directement impacter et traverser l'île ce lundi avec des vents extrêmes", indique Météo-France.

"Belal ne devrait toutefois pas atteindre le stade de cyclone tropical intense", précise l'organisme, comparant son impact à celui du cyclone Firinga de 1989.

"Soyez prudents, restez chez vous"

Selon Météo-France, les vents pourraient dépasser les 200 km/h sur le littoral et plus de 250 km/h dans les hauteurs de l'île, et des vagues de huit mètres en moyenne sont attendues, avec des vagues maximales de 12 à 15 mètres.

Le préfet de ce département-région de quelque 870.000 habitants a déclenché l'alerte rouge cyclonique à compter de 20 heures locale (17 heures à Paris). Maintenant, "on va devoir commencer à endurer", a déclaré Jérôme Filippini lors d'une visioconférence de presse.

L'île est passée à 6 heures (3 heures à Paris) en alerte violette, synonyme de "danger exceptionnel", a annoncé la préfecture. A partir de ce moment, le confinement strict de la population a été étendu aux services de secours et de sécurité, qui ne peuvent plus circuler et ce jusqu'à nouvel ordre.

"Soyez prudents, restez chez vous. L'État est mobilisé à vos côtés", a écrit dimanche le président Emmanuel Macron dans un message posté sur X. Le Premier ministre Gabriel Attal s'est rendu en début de soirée avec Gérald Darmanin au centre de crise du ministère de l'Intérieur pour faire un point sur les opérations, selon Matignon.

L'île n'a plus été frappée par un cyclone intense depuis dix ans et le passage de Bejisa dans les premiers jours de 2014.

Article original publié sur BFMTV.com