Publicité

Un cycliste australien frôle la mort après avoir été mordu par l'un des serpents les plus dangereux du monde

La sortie VTT a failli virer au drame. Andy Barlow, un cycliste australien, s’est fait mordre par un serpent brun, considéré comme le deuxième serpent le plus mortel du monde, lors d’un trajet sur les chemins du You Yangs Park dans l’État du Victoria, début janvier.

"Jeudi a été une journée pour le moins mouvementée", témoigne dans le vététiste dans une publication Instagram.

"Si je retournais à la voiture et que j'avais du venin dans mon sang, je serais mort"

"En remontant la piste, j'ai entendu quelque chose dans les buissons passer, puis heurter ma roue arrière. Je pensais que c'était juste une branche qui entrait dans la roue arrière, puis quelque chose a heurté l'arrière de ma jambe droite. J'ai sauté du vélo et j'ai vu un serpent brun enveloppé dans la roue arrière. Première réaction, 'j'ai été mordu, c'est sûr'. Je me suis allongé à l'ombre, comprenant ce qui venait de se passer."

Andy Barlow a alors fait preuve d’un grand sang froid en allongeant sa jambe, sans bouger, plutôt que de rebrousser chemin et rallier sa voiture sept kilomètres plus bas, qui aurait pu avoir pour effet de propager le venin.

"Si je retournais à la voiture et que j'avais du venin dans mon sang, je serais mort avant même d'avoir atteint la moitié du chemin", confie le coureur.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Dans son effrayante mésaventure, Andy Barlow a eu la chance de n’avoir subi qu’une morsure sèche, c’est-à-dire sans injection du venin létal. Il a aussi pu compter sur l’assistance de deux personnes arrivées sur les lieux quelques instants plus tard, l’une d’entre elles lui posant un bandage sur la jambe. Les secours ont pris le relais une heure plus tard.

Cet ancien vétéran de l’armée a publié une impressionnante vidéo du serpent pris dans les rayons et le dérailleur de sa roue arrière. "En 50 ans, j'ai eu de nombreux contacts rapprochés avec des serpents, mais celui-ci est le plus proche à ce jour", a-t-il conclu en remerciant ses sauveurs et en tirant une précieuse leçon. "Soyez prêts lorsque vous sortez en plein air à cette période de l’année, j’aurai certainement un kit de morsure de serpent à tout moment à partir de maintenant!" La Fédération australienne a relayé l’histoire en appelant ses pratiquants à la "prudence".

Article original publié sur RMC Sport