Publicité

Cyclisme: quand Décathlon-AG2R La Mondiale a failli attirer Jorgenson dans ses filets

C'est une sorte d'histoire d'amour jusque-là impossible. Celle entre Matteo Jorgenson et Décathlon-AG2R La Mondiale. Âgé de 24 ans, le natif de Walnut Creek (dans la banlieue de San Francisco, en Californie) est arrivé en Europe en 2019, recruté sur la simple foi de données de puissance envoyées via un mail par le Chambery Cyclisme Formation, antichambre à l'époque de l'équipe du manager Vincent Lavenu.

Mais à l'issue de l'année, malgré le fort potentiel du garçon, et son modèle d'intégration et notamment d'apprentissage de la langue de Molière, Décalthon-AG2R La Mondiale ne lui propose qu'un contrat de stagiaire. De son côté, la formation espagnole Movistar a flairé le bon filon et lui propose de passer professionnel dans ses rangs dès le 1er janvier 2020. L'affaire est entendue. Jorgenson va gagner sa vie avec le vélo, et va aussi gagner des courses. 2023 est l'année de l'explosion: vainqueur du Tour d'Oman, très en vue également sur le Tour de France avant son abandon, 2e du Tour de Romandie, 4e de l'E3, 9e du Tour des Flandres.

Leader exclusif chez Décathlon-AG2R La Mondiale

Un profil ultra-complet de grimpeur de qualité et de flahute dur au mal: il n'en fallait pas moins pour intéresser le gotha du cyclisme mondial, Jorgenson étant en fin de contrat avec Movistar à la fin de l'année 2023. Plusieurs équipes se positionnent avec parmi les finalistes pour l'américain, Décathlon-AG2R La Mondiale et Visma Lease a Bike.

L'équipe française échange alors à plusieurs reprises avec le Californien. Le courant passe très bien et elle lui propose un rôle de leader quasi-exclusif pour les courses sur lesquelles il s'alignerait. L'Américain est intéressé à l'idée d'avoir carte blanche. Flatté, il hésite mais se porte finalement sur l'ogre du peloton, le Néerlandais Visma Lease a Bike.

Un déficit de réputation encore à travailler auprès des étrangers

Pas vexé, on a bien conscience aujourd'hui chez Décathlon-AG2R La Mondiale de ce qu'un tel choix veut dire. Car s'il est leader sur Paris-Nice, Matteo Jorgenson aura plus souvent un rôle d'équipier dans sa nouvelle formation, que ce soit sur les classiques où l'effectif, déjà composé de Van Aert, Laporte, Van Baarle, est déjà pléthorique, ou sur les grands tours, où avec Vingegaard, Kuss et Uijtdebroeks, il l'est tout autant.

Sans surprise, la formation savoyarde a souffert d'un déficit de réputation sur lequel elle travaille pour attirer à l'avenir de grands leaders, notamment étrangers. Encore considérée comme très familiale, Jorgenson a estimé qu'en termes d'optimisation de la performance, elle était en dessous de Visma Lease a Bike. Mais les jalons sont posés pour l'avenir.

Article original publié sur RMC Sport