La croissance de la population française ralentit, sauf en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Des piétons dans une rue de Nantes, le 17 juin 2021 en France - LOIC VENANCE © 2019 AFP
Des piétons dans une rue de Nantes, le 17 juin 2021 en France - LOIC VENANCE © 2019 AFP

La croissance de la population française s'atténue dans presque toutes les régions en raison d'un solde naturel (nombre de morts soustrait au nombre de naissances) moins important, selon des chiffres portant sur 2020 publiés jeudi par l'Insee.

Au 1er janvier 2020, la France comptait 67,16 millions d'habitants (hors Mayotte). La population française s'est accrue en moyenne de 0,3% chaque année entre 2014 et 2020, contre 0,5% entre 2009 et 2014, selon cette étude.

Ce ralentissement est dû à une plus faible contribution du solde naturel dans toutes les régions, sauf en Guyane, a expliqué l'Institut national de la statistique.

Une croissance qui faiblit, voire diminue

D'une manière générale, toutes les régions ont vu leur croissance démographique faiblir entre 2014 et 2020, à l'exception de Provence-Alpes-Côte d'Azur où le rythme est resté identique à celui des années précédentes (+0,4%).

Malgré le ralentissement, les régions qui ont vu leur population le plus augmenter sont la Guyane (+2,1%), la Corse (+1%) et l'Occitanie (+0,7%).

À l'inverse, c'est en Martinique et en Guadeloupe qu'elle a le plus baissé (-1,0% et -0,7% respectivement). En Martinique de "nombreux départs, vers la France métropolitaine essentiellement, concernent en grande partie les jeunes qui poursuivent des études ou cherchent un emploi", et ces départs ne sont pas compensés par l'excédent naturel, un phénomène que l'on retrouve en Guadeloupe, explique l'Insee.

En Ile-de-France, la population a légèrement progressé (+0,3%), une évolution qui résulte d'un solde naturel élevé et d'un solde migratoire négatif.

21 départements concernés par une baisse de population

Dans le détail, la population a baissé entre 2014 et 2020 dans 21 départements, localisés principalement dans le Nord-est, le Centre et le Massif central. La Nièvre, la Meuse et la Haute-Marne ont notamment connu de fortes baisses.

Paris fait également partie des départements concernés avec un recul de 0,6% en moyenne chaque année.

En revanche, la population a augmenté dans des départements autour de Paris comme la Seine-Saint-Denis ou le long de la façade atlantique, comme en Gironde et en Loire-Atlantique ainsi que dans le Sud, comme dans l'Hérault et la Corse.

Les villes continuent globalement d'attirer des habitants. La population a augmenté deux fois plus vite dans l'espace urbain que dans l'espace rural (+0,4% par an en moyenne, contre +0,2%).

Article original publié sur BFMTV.com