"Assassins", "vendus" : accueil houleux pour les soignants en renfort en Martinique

·3 min de lecture
Photo d'illustration

Une poignée de manifestants a invectivé les soignants arrivés en renfort pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

Les renforts continuent d'affluer en Martinique pour aider les soignants à faire face à l'épidémie de Covid-19, qui sévit sur l'île. Le taux d'incidence, bien qu'en nette diminution, reste cependant très élevé, environ 400 cas pour 100 000 habitants. Les hôpitaux sont débordés par l'afflux de malades, notamment en service de réanimation.

"Assassins"

Les soignants arrivés de métropole dans la nuit de jeudi à vendredi à l'aéroport du Lamentin pour prêter main forte ont eu le droit à un accueil hostile de la part de manifestants.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Sur cette vidéo tournée sur place et diffusée par la chaîne Martinique la 1ère, on entend des manifestants prendre à partie les soignants, à peine sortis de l'aéroport. "Vous n'êtes pas les bienvenus," "Assassins", "À bientôt sur les plages", "On nous dit qu'on est confiné pour que vous alliez sur les plages" vocifèrent les manifestants.

Des soignants qui viendraient pour profiter des plages ?

Depuis l'arrivée des renforts en Martinique et en Guadeloupe dès la mi-août, certains locaux évoquent la présence à la plage de soignants venus en renforts, notamment cette infirmière guadeloupéenne anti-vaccin, qui partage une vidéo de soignants de métropole sur la plage.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Notre cadre et toute la direction de la mission nous ont dit : vous venez de faire 8 heures d’avion, vous êtes en décalage horaire, certains d’entre vous n’ont pas eu de vacances et travaillent en Covid depuis un an et demi, si c’est pour mettre en danger vos concitoyens ce n’est pas la peine : profitez de vos moments de repos et du cadre que vous offre cette mission", expliquait à la mi-août au Parisien Thibault, venu en Guadeloupe en renfort. 

Ces insultes "ne reflètent pas la qualité de l'accueil réservé par la population martiniquaise"

Dans un communiqué, le préfet de Martinique et le directeur général de l'ARS condamnent les propos rappelant que cela "ne reflète pas la qualité de l'accueil réservé par la population martiniquaise à ces renforts".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Plusieurs soignants sur place ou ayant été envoyés sur place témoignent du fait qu'il ne s'agit que d'une petite minorité hostile, loin de représenter l'ensemble de la population. 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France dénonce de son côté des propos "hallucinants"

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une défiance vaccinale importante

En Martinique, la défiance vis-à-vis du vaccin est importante, avec seulement 26% de la population avec un schéma vaccinal complet, notamment en raison des différents scandales sanitaires des dernières décennies, notamment le chlordécone.

Avant cet été et l'arrivée du variant Delta en Martinique, on enregistrait 117 morts depuis le début de la pandémie, il y a un an et demi. Depuis le 1er août, 410 décès sont à déplorer sur l'île.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles