Covid-19 : la soirée en boîte de nuit tourne au cluster géant

·3 min de lecture
Photo d'illustration

Sur 600 personnes présentes dans cette boîte de nuit aux Pays-Bas, au moins 165 ont été testées positives au Covid-19.

À quelques jours de la date de réouverture des boîtes de nuit en France, prévue le 9 juillet, l'expérience vécue aux Pays-Bas risque d'en refroidir plus d'un, alors que le nombre de cas de Covid-19 repart à la hausse en France depuis plusieurs jours.

Dans l'Est des Pays-Bas, à Enschede, pour la première soirée de réouverture des boites de nuit, un établissement s'est transformé en cluster géant. Parmi les 600 personnes présentes à l'Aspen Valley, 165 ont contracté le Covid, selon le Service municipal de santé de Twente, relayé par la presse locale.

VIDÉO : À Washington, les pistes de danse bondées avec la fin des restrictions :

Les fêtards se seraient échangés des QR Codes

En cause, un protocole sanitaire qui aurait été contourné par les participants. Pour pouvoir entrer dans l'établissements, les fêtards devaient théoriquement avoir soit un test négatif, soit une vaccination complète. L'entrée, réservée aux détenteurs de tickets, était donc soumise à la présentation d'un QR code.

Sauf que selon les autorités, des fêtards auraient échangé des QR code entre eux, afin de pouvoir entrer dans l'établissement sans faire au préalable un test négatif. Si rien n'indique pour l'instant que les 165 personnes infectées ont été contaminées dans l'établissement, les autorités appellent les fêtards à faire un test et s'isoler en attendant le résultat du dépistage. Autre piste relayée par la presse locale, des certificats de dépistage délivrés par erreur selon le témoignage d’un fêtard.

Un protocole sanitaire insuffisant ?

De quoi relancer le débat sur la fiabilité des protocoles sanitaires pour la réouverture des boîtes de nuit en France. Pour la réouverture de ces établissements dès le 9 juillet, une jauge de 75% sera imposée aux établissements. Pour pouvoir y entrer, les fêtards devront se plier au pass sanitaire, c'est-à-dire soit être vacciné (deux doses), soit avoir un test négatif de moins de 48 heures, soit une preuve que l’on a eu le Covid et que l’on est rétabli. 

Comme la présentation d'un test négatif réalisé il y a moins de 48 heures n'empêche pas d'avoir été contaminé entre temps, ou peut avoir été réalisé trop tôt après l'infection, donnant un résultat négatif qui s’avère pourtant positif les jours d’après, certains médecins prônent l'utilisation de tests antigéniques dont on a les résultats en une dizaine de minutes à l'entrée de ces établissements, ou encore la vérification des identités.

Les patrons de boite de nuit pourront s'ils le souhaitent installer des barnums à l'entrée permettant à leurs clients d'effectuer un test antigénique avant d'entrer dans l'établissement, le tout géré par l'Assurance maladie.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles