Covid-19 : l’apnée du sommeil, un nouveau facteur de risque ?

Johanna Amselem
·2 min de lecture
Man sleeping in his bed and snoring loudly
Man sleeping in his bed and snoring loudly

En analysant les données de patients atteints par le virus, les chercheurs ont constaté que 29% des malades avaient reçu un diagnostic d'apnée du sommeil.

Personne n’est à l’abri de contracter le Covid-19. Cependant, certaines personnes vulnérables sont davantage à risque de développer une forme grave de la maladie. Comme le rappelle le site du ministère de la Santé, les populations plus vulnérables sont : les plus de 65 ans, ceux avec une maladie chronique ou qui fragilise le système immunitaire (notamment antécédents cardiovasculaires, diabète et obésité, pathologies chroniques respiratoires, cancers, insuffisance rénale, cirrhose, splénectomie, drépanocytose…) et les femmes enceintes au troisième trimestre de grossesse.

Au fur et à mesure des études, les chercheurs identifient de nouveaux facteurs de risque. C’est le cas d’une recherche finlandaise menée par une équipe de l'hôpital universitaire de Turku et l'Université de Turku. En analysant les données des patients de la première vague de l’épidémie, ils ont cherché si un lien existait entre le Covid-19 et l’apnée du sommeil. L'étude s'est concentrée sur les informations du registre des patients Covid-19 admis à l'hôpital universitaire de Turku au printemps 2020.

Prémices d’une forme sévère ?

Avec une population de 480 000, le sud-ouest du pays a géré la première vague de l’épidémie avec un petit nombre de personnes infectées. En effet, 278 patients avaient un résultat de test positif: “L'idée derrière l'étude était le besoin d'informations en temps réel sur le Covid-19. L'autorisation de recherche était étendue, car on en savait peu sur le nouveau coronavirus. Nous avons rapidement observé qu'il y avait pas mal de cas d'apnée du sommeil parmi les patients”, a rapporté MD Thijs Feuth, chercheur spécialisé en maladies pulmonaires et premier auteur de l'article de recherche.

Les chercheurs ont constaté que 29% des patients hospitalisés avaient déjà reçu un diagnostic d'apnée du sommeil. Le nombre est significatif car seulement 3,1% de la population du sud-ouest de la Finlande reçoit un traitement pour l'apnée du sommeil. Même si le nombre total de patients dans l'étude était faible, la part des patients souffrant d'apnée du sommeil était élevée. “Le résultat était suffisamment fort pour justifier la question de l'apnée du sommeil comme facteur de risque du COVID-19. En principe, un patient peut avoir besoin de soins hospitaliers lorsqu'il a une infection au COVID-19 s'il souffre également d'apnée du sommeil. L'apnée du sommeil anticipe une forme sévère de COVID-19”, a estimé le chercheur à la lumière des résultats de la recherche. D’autres études, disponibles en pré-publications, établissaient également ce même lien.

Ce contenu peut également vous intéresser :