Covid-19. En Angleterre, un quart des malades du printemps ont (déjà) perdu leurs anticorps

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Le taux de personnes chez lesquelles ces protéines ont été relevées est tombé de 6 % à 4,4 % en trois mois, selon une étude de l’Imperial College London. De quoi alimenter les craintes de réinfection et voir s’éloigner un peu plus la perspective d’une immunité collective.

La question taraude les scientifiques depuis le début de la pandémie : combien de temps notre organisme reste-t-il immunisé contre le Covid-19 ? Quelques mois à peine, répondent les chercheurs de l’Imperial College London, cette semaine. D’après l’étude React-2, qui doit encore être évaluée par des pairs, un quart des personnes tombées malades au printemps, en Angleterre, n’ont déjà plus d’anticorps.

Concrètement, au début de l’été, les scientifiques ont analysé les tests sérologiques “express” de 100 000 Anglais. Au total, 6 % d’entre eux “possédaient ces protéines produites en réaction à une infection”, détaille The Times. Lors de la deuxième série d’évaluations, conduite au sortir de l’été et comprenant 200 000 tests supplémentaires, la proportion de personnes chez qui l’on pouvait détecter des anticorps contre le coronavirus avait baissé à 4,4 %.

Un coronavirus comme un autre ?

“Nous savons que les coronavirus saisonniers circulent chaque hiver, explique Wenday Barclay, chercheuse à l’université britannique. Les virus habituels peuvent recontaminer des patients entre six et douze mois après la première infection. Et nous pensons que les réactions de l’organisme au nouveau coronavirus sont à peu près similaires. Autre constat dressé par les chercheurs de l’Imperial College, les personnes ayant présenté des symptômes modérés sont également celles qui ont le plus perdu leurs anticorps.

Pour autant, tempère The Times, ces découvertes ne signifient pas forcément que les anticorps ont entièrement disparu de l’organisme des anciens malades. Les tests “express”, réalisés à domicile en prélevant une goutte de sang sur le bout

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :