Covid-19: les États-Unis recensent 1 million de nouveaux cas en à peine une semaine

Ma. D.
·2 min de lecture
Un automobiliste est testé au Covid-19, adns un centre à Los Angeles (Etats-Unis) le 29 septembre 2020   - Robyn Beck © 2019 AFP
Un automobiliste est testé au Covid-19, adns un centre à Los Angeles (Etats-Unis) le 29 septembre 2020 - Robyn Beck © 2019 AFP

Les États-Unis ont enregistré un million de nouvelles infections au Covid-19 en moins d'une semaine et franchi la barre des 11 millions de cas ce dimanche, selon l'université Johns Hopkins. Le nombre de cas s'établissait à 11.025.046 dimanche soir aux États-Unis, soit à peine six jours après le dépassement du seuil des 10 millions d'infections, selon les statistiques de Johns Hopkins. Un total de 246.108 décès ont été recensés.

De nouvelles restrictions

Les États-Unis demeurent le pays le plus touché au monde par l'épidémie et la tendance est à la dégradation depuis début novembre, ce qui a contraint les autorités à mettre en œuvre de nouvelles restrictions.

Chicago, troisième ville du pays, va entrer en confinement à partir de lundi, tandis que New York, très touchée au printemps, s'efforce de contrer une nouvelle vague en imposant de nouvelles mesures aux bars et restaurants. Les écoles y restent en revanche ouvertes.

Le président Donald Trump a promis vendredi qu'un vaccin commencerait à être administré aux Américains "d'ici quelques semaines" mais demeure fermement opposé aux confinements tels qu'ils sont pratiqués dans plusieurs pays d'Europe.

La lutte anti-Covid compliquée par l'attitude de Trump

La lutte contre le virus est encore compliquée par le refus de Donald Trump de reconnaître sa défaite à l'élection présidentielle du 3 novembre, ce qui entrave la transition vers une présidence Joe Biden, bloquant notamment l'allocation de fonds fédéraux et l'accès à d'importantes informations.

Les démocrates soulignent que cette situation pourrait avoir de lourdes conséquences sur la capacité du président élu à faire face aux défis posés par l'épidémie lorsqu'il prendra ses fonctions. Joe Biden et son équipe ne sont actuellement même pas autorisés à consulter l'immunologiste en chef Anthony Fauci.

"Bien sûr cela serait mieux" si de tels pourparlers pouvaient avoir lieu, a estimé l'immunologiste dimanche sur la chaîne CNN, prévenant que le virus pourrait encore coûter la vie à des dizaines de milliers d'Américains d'ici à l'entrée en fonctions du nouveau président élu Biden le 20 janvier.

Article original publié sur BFMTV.com