Publicité

"Les couples ont besoin d'être ensemble": le professeur René Frydman favorable au nouveau congé de naissance

Le professeur de gynécologie obstétrique René Frydman salue ce jeudi 18 janvier sur BFMTV et RMC le plan de lutte contre l'infertilité proposé mardi par Emmanuel Macron et notamment le projet de nouveau congé de naissance.

"Je pense que ça peut être pas mal parce que souvent les couples ont besoin d'être ensemble et pour l'enfant c'est bien", estime-t-il.

Il salue notamment la durée, revue à la baisse, de ce congé qui peut actuellement s'étendre sur trois ans maximum. "Trois ans, ça éloigne du travail, alors que là ça permet de le reprendre (plus tôt)", réagit le professeur.

Le nouveau congé de naissance doit venir remplacer le congé parental actuel qui permet aux parents de suspendre leur activité professionnelle jusqu'aux deux ans de l'enfant ou jusqu'à ses trois ans si les parents se partagent le congé, une fois le congé maternité ou paternité achevé.

Une longue "attente"

De manière générale, René Frydman estime "qu'il y a des conditions, qu'il faut offrir, pour favoriser tout ce qui peut faire baisser l'infertilité." "Le désir d'enfant se pose à l'échelle individuelle et se pose à l'échelle sociétale", avance-t-il.

"Il y a d'autres approches que le besoin, le désir ou le projet d'enfant, il y a aussi un point de vue sociétal parce qu'on a besoin d'un renouvellement de la population, mais en même temps, on ne peut pas faire un enfant pour la nation", développe-t-il.

Il se réjouit du plan de lutte contre l'infertilité proposé par le président. "On attend depuis tellement longtemps que ce soit posé sur la table", assure-t-il, rappelant qu'un plan en 21 points a été rendu en 2022.

"Il faut créer un comité qui va prendre en compte tous les aspects" à prendre en compte pour lutter contre la baisse de la fécondité, "la prévention, le traitement, la recherche", appelle-t-il.

Des mesures pour relancer la natalité française

Emmanuel Macron a annoncé mardi la création d'un "congé de naissance" pour remplacer le congé parental actuel ainsi que le lancement d'un "grand plan" pour lutter contre le fléau de "l'infertilité", deux mesures visant à relancer la natalité en France.

"Il sera mieux rémunéré et permettra aux deux parents d'être auprès de leur enfant pendant six mois s'ils le souhaitent", a précisé Emmanuel Macron, estimant que le congé actuel "crée beaucoup d'angoisse parce qu'il est extrêmement peu et mal rémunéré", et crée ainsi "des situations impossibles".

Le nombre de naissances a reculé de 6,6% en France en 2023, passant sous la barre symbolique des 700.000 pour la première fois depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Article original publié sur BFMTV.com