Publicité

Coupe de France: la colère d'un dirigeant du Puy contre Rennes, qui a pris une partie de la recette

L’aventure du Puy (National 2) en Coupe de France s’est conclue dans la fête et une pointe d’amertume. Le club de Haute-Loire, par la voix de son directeur financier, a dénoncé la décision de Rennes d’avoir conservé une part de la recette qui lui était due après sa victoire en quart de finale (3-1) jeudi au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne. Dans un message publié sur son compte Facebook, Philippe Thiebault s’en est pris de manière cinglante à ce choix du club breton de ne pas laisser l'intégralité de sa part.

"Tellement déçu que le meilleur club de Ligue 1 actuellement se rabaisse à ça"

"Quelle belle soirée de football dans ce stade mythique, ternie néanmoins par le choix de Rennes de prendre 55.000 euros sur la part qui leur est due sur la recette billetterie", a déploré Philippe Thiebault sur son compte Facebook. "Fier de nous et de vous tous qui nous avez encouragés. Tellement déçu que le meilleur club de Ligue 1 actuellement se rabaisse à ça. Pour info M.Pinault, votre club a encaissé 370.000 euros de dotation de la FFF depuis le début de la compétition avec la victoire de ce soir. Faire ça à un club amateur qui n’a pas eu le droit de jouer chez lui, pas très sympa. Je laisse les réseaux sociaux faire le reste."

Selon le règlement de la FFF, les deux équipes doivent se partager l'excédent de recette du match une fois les frais d’organisation et la TVA déduits. Et si les clubs professionnels laissent majoritairement la part de leurs recettes de billetterie aux équipes amateurs en Coupe de France, cela n’est donc pas obligatoire. Cette saison, Reims et Lorient n'avaient par exemple pas laissé leur part à Sochaux, tout comme le PSG face à Orléans.

Au tour précédent, Rennes avait laissé une majeure partie de ce qui lui revenait à Sochaux (1-6), pensionnaire de National, conservant seulement de quoi couvrir ses frais de déplacement. Ce fut vraisemblablement encore le cas avec le Puy, selon le message du directeur financier du club... qui attendait visiblement encore plus.

Pour le premier quart de finale de son histoire en Coupe de France, Le Puy avait délocalisé la rencontre au stade Geoffroy-Guichard où 30.000 personnes avaient pris place. Soit le double du minimum de 15.000 places espérées pour entrer dans les frais du club. De quoi tout de même offrir une belle entrée d’argent dans les caisses du club de Haute-Loire.

Article original publié sur RMC Sport