En Corse, les guerriers de pierre sortent de l'ombre

Pour la première fois depuis 1976, des fouilles ont repris à Filitosa, le site mégalithique le plus connu de l'île de Beauté. Et redonnent l'espoir que ces blocs de granit révéleront quelques-uns de leurs mystères.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°905-906, daté juillet-août 2022.

Surgissant dans la garrigue et la rocaille, le sévère visage de pierre intrigue et incite à poursuivre sur le chemin des stèles millénaires de Filitosa. "La Corse, nouvelle île de Pâques ?" C'est un titre un brin provocateur qu'avait choisi Sciences et Avenir en 1956 pour jouer sur la similitude des statues menhirs anthropomorphes découvertes sur l'île de Beauté avec celles de la célèbre île de l'océan Pacifique. La comparaison s'arrêtait là.

À l'époque, l'article écrit par le préhistorien Roger Grosjean - à l'origine des recherches -, eut le mérite de mettre en lumière les statues corses. Elles connurent ainsi leur heure de gloire, mais livrèrent peu de secrets avant de retourner à leur vie tranquille de pierre immobile, à peine troublées par les visiteurs. Aujourd'hui, vont-elles enfin parler ? Pour la première fois depuis 1976, des fouilles ont repris à Filitosa, le plus impressionnant site mégalithique de Corse, non loin de Propriano. Et redonnent l'espoir que ces blocs de granit représentant des guerriers révéleront quelques-uns de leurs mystères. Pourquoi furent-ils érigés à la fin de l'âge du bronze ? Glorifient-ils des combattants ? Ont-ils été sculptés du vivant des hommes qu'ils représentent ? Pour répondre à ces questions, Kewin Pêche-Quilichini, archéologue spécialiste de l'âge du bronze, directeur du musée de l'Alta Rocca à Levie, a choisi de s'intéresser aux anciens habitants de Filitosa. Il a démarré en 2021 un cycle de recherches qui durera trois ans, peut-être six…

29800_1743195_k3_k1_4006593.jpg
29800_1743195_k3_k1_4006593.jpg

Plus les archéologues creusent et plus ils trouvent des traces

Le chemin qui serpente dans la nature débouche sur une première statue dressée à l'entrée du village préhistorique, limité par un mur d'enceinte. Le mélange d'austère granit et de luxuriante végétation donne tout son charme à Filitosa. À quelques mètres, la jeune équipe d'archéologues corses, continentaux et italiens, foui[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles