Publicité

Corrèze: le suspect du meurtre de Justine Vayrac condamné pour l'incendie de son lieu de travail

L'homme soupçonné du meurtre de Justine Vayrac, une jeune mère tuée en 2022 après une sortie en discothèque en Corrèze, a été condamné mardi à deux ans d'emprisonnement ferme dans une affaire d'incendie volontaire en 2020.

Le tribunal correctionnel de Tulle a assorti la peine d'un mandat de dépôt à l'encontre du prévenu, en détention provisoire depuis sa mise en examen en octobre 2022 dans l'affaire Justine Vayrac. Le parquet avait requis deux ans et demi d'emprisonnement ferme.

Une possible vengeance

Le jeune homme, qui contestait les faits, était poursuivi pour l'incendie d'un bâtiment et pour des dégradations sur une exploitation à Saint-Hilaire-Peyroux (Corrèze), où il était ouvrier agricole en alternance. Les débats ont notamment porté sur le mobile de cette vengeance présumée, survenue après de vives remontrances formulées par son employeur.

L'accusation a pointé des empreintes de pas identiques à un modèle de baskets que portait le prévenu; un silo à grain déverrouillé pour en répandre le contenu alors que le système de fermeture n'était connu que des personnes appartenant à l'exploitation; et une présence sur les lieux attestée par le bornage de son téléphone.

Une "propension au mensonge"

Impassible et déterminé, Lucas L. a maintenu ses dénégations face aux contradictions et éléments à charge retenus contre lui. "Derrière ce visage d'ange, qui se cache?", s'est interrogée de son côté Me Christine Marche, avocate de la famille d'exploitants.

Selon les expertises psychiatriques présentées à l'audience, le prévenu a été décrit comme une "personnalité fermée, lisse, qui ne veut rien dévoiler", avec "une propension au mensonge".

Son avocat, Me Michel Labrousse, a déploré une "instruction menée tambour battant" et des charges insuffisantes.

Lucas L. a reconnu avoir tué Justine Vayrac

Lucas L., âgé de 21 ans au moment de son placement en détention provisoire, a été mis en examen en octobre 2022 après avoir avoué le meurtre de Justine Vayrac, 20 ans et mère d'un enfant en bas âge, dont le corps avait été retrouvé près de son domicile.

En garde à vue, le suspect a assuré avoir tué la victime alors "qu'ils venaient d'avoir un rapport sexuel consenti". Poursuivi pour viol, séquestration et meurtre, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité dans cette affaire.

Article original publié sur BFMTV.com