Coronavirus : le virus s'en prend aux vaisseaux sanguins

Coronavirus : le virus s'en prend aux vaisseaux sanguins

Des chercheurs de l’université de Zurich ont constaté que le Covid-19 s’attaquait aux vaisseaux sanguins provoquant ainsi une importante inflammation.

Le coronavirus s’attaque aux poumons des malades. D’autres observations ont prouvé que le virus altérait aussi les reins. Mais pas seulement. Des chercheurs de l'hôpital universitaire de Zurich ont montré que le Covid-19 s’en prenait également aux vaisseaux sanguins. Pour cette étude, les chercheurs zurichois ont examiné au microscope des échantillons de tissus des patients décédés. Ils ont découvert que les patients souffraient d’une inflammation des poumons, mais également d’une inflammation de tous les tissus endothéliaux, comme le raconte Cnews. L'endothélium désigne la couche la plus interne des vaisseaux sanguins en contact avec le sang. 

Un communiqué publié par l’hôpital de Zurich précise qu’un scientifique a observé que le virus provoquait une nécrose cellulaire dans le tissu endothélial. L’équipe de chercheurs a conclu que le virus n’attaquait pas l’hôte par les poumons, mais directement par le système de défense de l’organisme. Il se propage ensuite et provoque une inflammation générale. Les patients peuvent donc endommager le cœur, les poumons, le cerveau, les reins, etc. “Grâce à notre étude, nous sommes maintenant en mesure de fournir des preuves pour étayer notre hypothèse selon laquelle Covid-19 est non seulement capable d'affecter les poumons, mais aussi les vaisseaux sanguins dans différents organes. Le Covid-19 est une inflammation systémique des vaisseaux sanguins et nous pouvons désormais désigner la maladie comme une endothélite Covid”, a résumé le professeur Frank Ruschitzka, directeur du département de cardiologie. Des conclusions publiées dans The Lancet.

Protéger les patients

L’équipe de scientifiques explique que l’endothélium des personnes plus jeunes est généralement capable de faire face aux attaques du virus. Cependant, les patients atteints d’hypertension, de diabète et de maladies cardio-vasculaires ont déjà une fonction endothéliale altérée. “Si de tels patients sont infectés par le SRAS-COV-2, ils seront particulièrement à risque, car leur fonction endothéliale, déjà affaiblie diminuera encore plus, en particulier pendant la phase où le virus se reproduit le plus”, alertent les chercheurs suisses.

Concernant le traitement, le Dr Ruschitzka met en avant la nécessité de “lutter contre la réplication des virus, de protéger et de stabiliser les systèmes vasculaires des patients en même temps. Cela s'applique principalement aux patients souffrant de maladies cardiovasculaires et ayant déjà été diagnostiqués”.