Coronavirus : le virus touche (aussi) les reins

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Coronavirus : le virus touche (aussi) les reins
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le coronavirus pourrait causer des problèmes rénaux chez des patients qui n’en avaient pas auparavant. Plusieurs spécialistes mettent en garde contre une recrudescence de l’insuffisance rénale.

Le Covid-19 n’a pas encore livré tous ses secrets. Partout dans le monde, les chercheurs travaillent à dresser le portrait de cet effrayant inconnu. Symptômes, incubation, transmission, séquelles, les contours se dessinent peu à peu. Depuis le début de l’épidémie, les autorités de santé ont identifié les personnes à risque de développer une forme grave d’infection au SARS-CoV-2. Parmi elles : les plus de 70 ans, les patients aux antécédents d’hypertension artérielle compliquée, d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, d’insuffisance cardiaque, les diabétiques insulinodépendants non équilibrés, etc.

Grâce à plusieurs études, les chercheurs ont également conclu que les patients pouvaient souffrir de lésions cardiaques même sans problème antérieur. La même conclusion peut-elle être tirée pour les problèmes rénaux ? “On retrouve le virus dans le rein, il existe plusieurs publications scientifiques à ce sujet. Dans de nombreux cas, ces patients, qui n’avaient jamais eu de maladie du rein avant, développent de graves lésions rénales. En fonction de la gravité et de la durée de l’infection pendant leur combat contre le Covid-19, ces patients peuvent développer une insuffisance rénale chronique”, alerte Brad Rovin, directeur du département de néphrologie à l'université d'État de l'Ohio, interrogé par RFI le 13 avril dernier.

Une pénurie de machines

Il cite notamment une étude chinoise qui dévoile la présence de protéines et de sang dans les urines, preuve de l’atteinte des reins. Brad Rovin s’inquiète également pour ses patients d’une possible pénurie de traitement : “L’hydroxychloroquine est un médicament que nous prescrivons en temps normal à nos patients atteints de lupus, une maladie auto-immune, et ces derniers ont peur de ne bientôt plus pouvoir en trouver”.

Une constatation faite également outre-Atlantique. Comme le rapporte le New-York Times, de nombreux cas de patients souffrant d’insuffisance rénale ont été comptabilisés aux Etats-Unis : “Ces dernières semaines, les médecins de première ligne dans les unités de soins intensifs de New York et d'autres villes durement touchées ont appris que le coronavirus n'est pas seulement une maladie respiratoire qui a entraîné une demande écrasante de ventilateurs”. Le journal raconte que de nombreux médecins tirent la sonnette d’alarme et ont remarqué une “augmentation du nombre de patients atteints d'insuffisance rénale Covid-19 qui entraîne une pénurie de machines, de fournitures et de personnel requis pour la dialyse d'urgence”.

De même, le Dr Joshua Rosenberg, médecin traitant dans l'unité de soins intensifs du Brooklyn Hospital Center, a récemment expliqué qu'il voyait de nombreuses lésions rénales chez des patients qui n’étaient pourtant pas prédisposés à une maladie rénale. Enfin, cité par le New-York Times, le Dr Alan Kliger, néphrologue à la Yale University School of Medicine, annonce que 20 à 40% des patients en soins intensifs atteints de coronavirus souffrent d'insuffisance rénale et ont eu besoin d'une dialyse d'urgence.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles