Coronavirus : "Aller dans les champs", "restez chez vous", les contradictions du gouvernement pointées du doigt

Photo d'illustration

Mardi, le ministre de l’Agriculture a appelle les Français sans activité à aider les agriculteurs. Un message qui ne tient pas compte des règles de confinement.

“Restez chez vous” mais rejoignez “la grande armée de l’agriculture française”, “La première règle, c'est de rester chez vous” mais vous pouvez “sortir pour promener ses enfants ou faire du sport (...) au maximum pour une heure”.

Aller “dans les champs” aider les agriculteurs

Depuis la mise en place du confinement, les consignes données par les membres du gouvernement semble se contredire.

Dernier exemple, les propos de Didier Guillaume mardi matin sur BFMTV. Le ministre de l’Agriculture a appelé les Français "qui n'ont plus d'activité" à aider les agriculteurs en allant "dans les champs".

Un appel perçu par les internautes comme une contradiction aux messages de confinement martelés par les autorités et les personnels de santé.


Le “en même temps” pointé du doigt

Une contradiction notamment relevée par Julien Bayou, secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts. Il pointe du doigt un “gouvernement incohérent” qui “renforce le confinement mais ‘en même temps’ incite à reprendre le travail et aller ‘dans les champs’”. Même son de cloche chez Les Républicains. Le député Damien Abad estime sur BFM qu’”il ne peut pas y avoir de 'en même temps' en matière de confinement et les Français ne comprennent pas par exemple pourquoi on autorise encore le jogging et que dans le même temps on ne peut plus travailler et se déplacer en temps que tel".

Ce n’est pas la première annonce du gouvernement pointée du doigt pour ses contradictions. Lundi 23 mars, au 20h de TF1, Édouard Philippe annonçait un “renforcement” des mesures de confinement.

La restriction du jogging, mesure floue

Annonce la plus décriée, celle concernant le jogging, qui doit désormais être fait “dans un rayon d’un kilomètre de chez soi, au maximum pour une heure, tout seul et une fois par jour”, selon les propos du Premier ministre.

D’autres annonces gouvernementales, depuis le début du confinement, mardi 17 mars, ont suscité l’incompréhension. Les propos du ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, sur BFM Business le lendemain de la mise en place du confinement, ont suscité la colère de nombreux internautes.

Les salariés incités à aller travailler pendant le confinement

Il invitait les salariés dont les entreprises sont encore ouvertes, dont les activités sont indispensables au bon fonctionnement du pays, à se rendre sur leur lieu de travail". Même son de cloche, deux jours plus tard, du côté du chef de l’État, qui a exhorté les entreprises et les salariés à poursuivre leur activité "dans le respect des règles de sécurité sanitaire".

Symbole de cette contradiction pour les salariés, le secteur du BTP, où l’appel à l’arrêt des chantiers a été dénoncé par Muriel Pénicaud, ministre du Travail. Un accord a finalement été conclu pour la reprise des chantiers du BTP, malgré le confinement.

Le domaine de l’éducation a été également concerné, avec cette phrase du ministre Jean-Michel Blanquer, qui affirmait qu’”aller à l’école chercher du travail scolaire pour ses enfants est un motif familial impérieux”.

Avant même la mise en place du confinement, le gouvernement était pointé du doigt pour ses contradictions. Au coeur des critiques, le maintien du premier tour des élections municipales, alors que le gouvernement avait appelé à “limiter ses déplacements au strict nécessaire”, incitant les Français à respecter des gestes barrières et des restrictions de déplacement.