Coronavirus. À Wuhan, l’étau se desserre mais la population reste en observation

Courrier international (Paris)
1 / 2

Coronavirus. À Wuhan, l’étau se desserre mais la population reste en observation

Alors que l’épidémie semble marquer le pas, la province du Hubei commence à assouplir les restrictions de mouvement. Toutefois, l’absence de nouveaux cas de Covid-19 dans la municipalité de Wuhan est relative, car elle ne concerne que les malades avérés et laisse de côté les cas asymptomatiques.

À partir du 25 mars à minuit, la province du Hubei pourra progressivement reprendre le trafic avec les autres provinces, ont annoncé les autorités de la province relayées par le quotidien pékinois Xin Jingbao. Les véhicules pourront quitter les localités extérieures à la municipalité de Wuhan, de même que les personnes ayant satisfait à un examen médical et obtenu un certificat.

Pour sa part, “la ville de Wuhan continue à appliquer les règles de confinement”, ajoutent toutefois les autorités de la province. Seule une levée progressive des restrictions de mouvement des résidents de certains quartiers réputés “sans coronavirus” est admise.

Les contacts avec l’extérieur sont toujours restreints pour toute la ville, et les procédures d’évacuation des non-résidents permanents de la municipalité ne commenceront que le 8 avril, selon le calendrier donné. Dans la municipalité, la reprise du travail sera validée au cas par cas, “en fonction du degré de dangerosité épidémique des zones considérées”. La reprise des cours dans les établissements d’enseignement reste renvoyée à une date ultérieure.

Des travailleurs testés négatifs repartent dans le Sud

Toutes ces mesures sont explicitement destinées à relancer l’économie du

[...] Retrouvez cet article sur Courrier international

À lire aussi :
Crise sanitaire. À New York, la densité de population ennemie de la lutte contre le coronavirus
Stratégie. Face à la pandémie, la Russie mise sur les tests
Philanthropie. Covid-19 : le milliardaire Jack Ma au secours de l’Afrique et du monde
Chine. Coronavirus : tempête autour de l’interview censurée d’un médecin de Wuhan