COP26: Macron appelle les "plus gros émetteurs" à "rehausser leurs ambitions"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"C'est le seul moyen de recrédébiliser notre stratégie" contre le réchauffement climatique, a déclaré le président de la République.

"Que ces plus gros émetteurs rehaussent leurs ambitions". Le président de la République Emmanuel Macron a appelé ce lundi, dans son discours pour l'ouverture de la COP26, les pays étant les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre dans le monde, à s'engager sur des propositions fortes pour atteindre l'objectif de ne pas dépasser les 1,5°C de réchauffement climatique.

"La clef pour les 15 prochains jours est que les plus gros émetteurs, dont les stratégies nationales ne sont pas conformes à notre objectif des 1,5°C, rehaussent leurs ambitions", a-t-il lancé, "c'est le seul moyen de recrédébiliser notre stratégie et d'avoir des stratégies d'ici à 2030 qui permettent de rendre crédibles les 1,5°C".

Pour le dirigeant français, "nous ne pouvons vaincre ces défis internationaux que si nous sommes cordonnés et si nous agissons ensemble" à l'échelle planétaire. Les grands absents de cette COP sont pourtant des pays qui font partie des plus pollueurs dans le monde. Ainsi les présidents russe et chinois ne seront pas présents à la COP26, mais un message écrit de Xi Jinping doit être publié lundi.

Les premiers pays touchés sont "les pays les plus pauvres"

Emmanuel Macron a rappelé que "ce sont les pays les plus pauvres, en Afrique, dans le Pacifique, les Caraïbes, qui aujourd'hui vivent les premières conséquences de la crise climatique. Ce sont ceux, qui bien souvent n'ont pas porté les modèles de développement qui ont causé cette crise et ces dérèglements, qui en vivent les premiers les conséquences", a-t-il souligné, citant les "petites îles, les peuples vulnérables, les peuples autochtones" comme les "premières victimes" du changement climatique.

Emmanuel Macron a ensuite rappelé le fonds de 100 milliards de dollars par an de 2020 à 2025, constitué par les pays les plus riches, et destiné aux pays en développement pour financer leurs actions de lutte contre le changement climatique. "Toutes les économies développées doivent désormais contribuer à leur juste part", à ce fonds, a déclaré le président de la République, appelant à "accélérer ce financement".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - COP26: Greta Thunbgerg ne veut "plus de bla-bla-bla" sur le climat

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles