Confidences trop intimes (C8) - Sandrine Bonnaire, Fabrice Luchini : "Nous avions chacun une image erronée de l’autre"

© 2004 LES FILMS ALAIN SARDE

L’art du quiproquo

William Faber, conseiller fiscal étriqué, se sent pousser des ailes lorsque la troublante Anna pousse par erreur la porte de son bureau, qu’elle confond avec le cabinet du psychanalyste, son voisin de palier. Et de la laisser s’allonger et révéler ses pensées les plus intimes, jusqu’à en tomber raide dingue. Pourquoi briser le charme trouble de cet acte manqué, ô combien réussi ?

Luchini-Bonnaire : tandem inattendu

Comme celle de leurs personnages, leur rencontre est une divine surprise. « Nous avions chacun une image erronée de l’autre », avouait Sandrine Bonnaire, qui redoutait d’être écrasée par son partenaire, dont la timidité l’a émue. Fabrice Luchini, lui, angoissait à l’idée qu’elle soit « prise de tête » : « Elle est ludique, alors que je la pensais plus grave. » Leur duo fait des étincelles.

À lire également

"Vous êtes le symptôme pitoyable de la modernité" : Piqué au vif, Fabrice Luchini s'en prend à un journaliste (VIDEO)

Leconte est bon

Pas du genre à se lancer des fleurs, Patrice Leconte estime, à juste titre, avoir fait du bon boulot en signant « un thriller sentimental avec un petit côté hitchcockien ». Luc...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi