Publicité

Combien gagne un agriculteur en France et en Europe ?

Alors que 17,4% des ménages agricoles vivent sous le seuil de pauvreté, les agriculteurs réclament de meilleurs revenus et une baisse de leurs charges.

Un agriculteur montre une banderole sur son tracteur indiquant
Un agriculteur montre une banderole sur son tracteur indiquant "400 euros par mois, pour 70 heures par semaine, Macron vient travailler à la ferme" alors que les agriculteurs bloquent l'autoroute A7 avec leurs tracteurs pour protester contre les impôts et la baisse des revenus à Montélimar, dans le sud de la France, le 24 janvier 2024 (afp)

La rémunération est au centre des revendications des agriculteurs qui continuent de manifester partout en France. Alors que le gouvernement doit prochainement faire des annonces, combien touche réellement un agriculteur français et comment se positionne-t-il par rapport au reste de l'Europe ?

Selon une étude de l’Insee publiée en 2021 qui se base sur les chiffres de 2018, 17% des ménages agricoles vivent sous le seuil de pauvreté. Malgré les lois Egalim visant à protéger leur rémunération, les agriculteurs restent dépendant des négociations annuelles commerciales entre la grande distribution et les industriels de l'agro-alimentaire. Ils reprochent notamment aux transformateurs de ne pas répercuter les hausses de prix qu'ils ont obtenues sur leurs produits auprès des centrales d'achat des grandes et moyennes surfaces (GMS). Ainsi, un éleveur est payé environ 0,40 euro pour un litre de lait, soit 6 centimes de moins que l’année dernière. Or le consommateur achète sa brique 1,07 euro en moyenne. Presque trois fois plus cher donc.

À LIRE AUSSI >> Colère des agriculteurs : un drapeau européen brûlé, un restaurant McDonald's ciblé à Agen, la tension monte, suivez notre direct

Le prix des cultures varient en fonction des prix du marché. La tonne de blé est par exemple vendue 214 euros en décembre 2023, son plus bas niveau depuis septembre 2021. "Les prix des marchés vont changer en quelques semaines et une catastrophe climatique peut réduire à néant une récolte en quelques heures”, explique l’économiste et ingénieure Alessandra Kirsch à France 24. Contrairement aux autres professions où le salaire peut être négocié en avance, “en agriculture, vous ne pouvez pas savoir quel sera votre revenu avant d’avoir récolté et vendu, et ce n’est pas vous qui fixez vos prix”. Seul le salarié agricole a un salaire fixe, qui avoisine le Smic (1398 euros net par mois en 2024).

Les éleveurs bovins et ovins sont les plus précaires

Tous ses facteurs expliquent les grandes disparités de rémunération des agriculteurs, qui dépend également des tailles d’exploitations mais aussi des filières. L’Insee estime que 422 000 personnes exercent une activité non salariée dans l’agriculture, la sylviculture ou les services d’aménagement paysager en France à la fin de l’année 2021. Les non‑salariés imposés au régime réel retirent en moyenne 1 910 euros par mois de leur activité.

Les éleveurs bovins et ovins sont les plus précaires, avec 25% des ménages sous le seuil de pauvreté. Les 10% des ménages agricoles les plus modestes ont un niveau de vie annuel inférieur à 9800 euros. En revanche, les producteur de vignes par exemple sont ceux qui s'en sortent le mieux.

Par ailleurs, il existe de fortes disparités en fonction des régions françaises. "Le niveau de vie des ménages agricoles est le plus élevé en Île-de-France", estime l’Insee. "Il est globalement plus important dans le nord-est de la France et beaucoup plus faible dans le Sud, notamment en Lozère, Creuse, Ariège, Ardèche, et plus encore en Martinique et à La Réunion". Le revenu annuel médian d’un ménage agricole habitant en Seine-et-Marne est par exemple de 33 120 euros, il est de 25 720 euros en Gironde et de 17 110 en Lozère. La nature des productions est la principale cause de ce grand écart.

Des disparités européennes

Un rapport de la Commission européenne sur l’économie agricole de l’Union européenne montre que le revenu moyen des agriculteurs européens a augmenté ces dernières années. De 18 400 euros par an en 2013, il est passé à 28 800 euros par an en moyenne. La Bulgarie est le pays où le revenu a le plus augmenté par rapport à l’année dernière (+46,7 %) et Chypre où il a le plus baissé (14,9 %).

Globalement, les agriculteurs du nord-ouest du continent (France, Danemark, Pays-Bas) affichent les revenus les plus élevés et ceux de l’est (Roumanie, Pologne, Slovénie) enregistrent les plus faibles. Pour autant, les premiers sont soumis à des charges et contraints de respecter des normes, environnementales notamment, que d'autres pays n'ont pas.

En vertu de la Politique agricole commune (PAC), les pays européens peuvent recevoir des aides, qui leur permettent de s'en sortir. La France en est la première bénéficiaire et reçoit 9 milliards d'euros par an. Mais pour en bénéficier, les agriculteurs doivent se soumettre à des règles de plus en plus strictes. Cette année, ils doivent par exemple augmenter de 4% la surface des jachères pour protéger la biodiversité, dans une logique de décroissance de la production agricole. Une incompréhension pour beaucoup alors que les normes de production sont différentes en matière d'importation mondiale. En Allemagne, en Pologne ou encore au Pays-Bas, les agriculteurs sont aussi mobilisés pour faire entendre leur mécontentement.

Le revenu moyen des agriculteurs en Europe
Le revenu moyen des agriculteurs en Europe

VIDÉO - Europe : la colère des agriculteurs s'intensifie