Publicité

Colère des agriculteurs: pourquoi certains manifestants mobilisés portent-ils des bonnets jaunes?

On les voit partout sur les images des blocages organisés par les agriculteurs. Depuis près d'une semaine, de nombreux manifestants arborent des bonnets jaunes, ou parfois des casquettes, de la même couleur. De quoi y voir une symbolique autour du mouvement de colère qui dure depuis plus d'une semaine.

"Le bonnet, c'est parce qu'il fait froid et le jaune, ça fait 30 ans que c'est la couleur de la coordination rurale", balaie sur BFMTV Karine Duc, viticultrice et co-président de la Coordination rurale 47.

En 2013, en Bretagne, les bonnets rouges manifestaient contre l'écotaxe sur les poids lourds. Cinq ans plus tard, les gilets jaunes devenaient le symbole de la mobilisation contre la hausse du prix du carburant.

"Gilets jaunes, bonnets jaunes, bonnets violets... Peu importe", soutient Karine Duc, qui explique refuser "les étiquettes".

Deuxième syndicat agricole

Les bonnets sont également frappés de deux lettres: C et R, initiales de la Coordination rurale. Ce syndicat est très visible dans ce mouvement de mobilisation, ce qui explique à quel point ses couvre-chefs ont été remarqués.

"C'est un signe de révolte et on encourage tous les agriculteurs à nous rejoindre sur ces points de blocage", a affirmé Véronique Le Floc'h, présidente de la Coordination rurale, dans des propos rapportés par Les Échos.

Lors d'autres manifestations ces dernières années, les bonnets et casquettes étaient déjà portés par les membres du syndicat. Avec 15.000 membres et 20,17% des voix obtenues lors des dernières élections des chambres d'agriculture, la Coordination rurale s'impose comme le deuxième syndicat agricole et premier concurrent de la FNSEA, bien que leurs influences soient difficilement comparables.

L'organisation étiquetée à droite a mené plusieurs actions ces derniers jours, notamment dans les départements d'Occitanie, où la mobilisation est particulièrement forte et où le syndicat agricole est historiquement très implanté.

Article original publié sur BFMTV.com