«Chronique L'air du temps» - La Terre ne tourne plus rond

SICCOLI PATRICK/SIPA

Au lieu des hommes, la nature écrit elle-même l’histoire de la Terre. Un tout nouveau roman.

Quel été ! Plaines assoiffées, lacs asséchés, forêts enflammées, glaciers liquéfiés, fleuves épongés, baies naufragées, quais embourbés, falaises affaissées, orages exaspérés, tornades déchaînées, vents enragés… Tout ça sous un soleil scotché en l’air. Une France en terre cuite à feu et à sec. Les catastrophes se sont déplacées en groupe, comme les sardines. Et maintenant on attend les inondations. Ça ne tardera pas.

Lire aussi: Avant/Après : ces images aériennes montrent le chaos causé par les inondations au Pakistan

La Terre ne tourne plus rond. À l’Île-aux-Moines, les buissons, les haies, l’herbe et les mares battaient de l’aile. Toutes les mélodies de la nature grésillaient. J’imagine que même l’Irlande avait l’air d’un paillasson. Pour les étés à venir, je vous annonce des pénuries définitives de fleuves lents, de ruisseaux tranquilles, de jardins pluvieux et de moissons émeraude. On peut dire merci à la nature: elle nous aura annoncé au néon ce qui nous attend. Les cloches du tocsin ont sonné à toute volée. Espérons que, pour une fois, ça aura percuté. Impossible de l’ignorer plus longtemps : les activités humaines et les manifestations naturelles se cognent les unes contre les autres comme des roues dentées. Faites confiance à cette fameuse et précieuse Terre : elle va continuer à tourner sur son axe meurtrier, à écorcher, mordre, couper, balafrer et torturer… Ce qui lui coule dans les veines, c’est de la lave.

Lire aussi:Surpêche : les images d'un désastre à l'échelle du monde

Arrêtons de croire à sa nature angélique, verte, pure et bio. Elle est brutale, capricieuse et impitoyable. Avec elle, pas d’aide aux plus faibles. Les gros poissons mangent les petits, et basta ! Quant aux hommes, depuis le temps(...)


Lire la suite sur Paris Match