Malgré les promesses, la Chine continue d’utiliser les écailles de Pangolin en médecine traditionnelle

Maxime Poul
·2 min de lecture
Menacé d'extinction, le pangolin est l’espèce la plus braconnée au monde.

Alors que Pékin avait annoncé avoir retiré les pangolins de la liste des ingrédients approuvés en médecine traditionnelle chinoise, un rapport révèle que le pays n’a pas réglementé pleinement ce commerce illicité.

L’Environmental Investigation Agency (EIA) a révélé que le gouvernement chinois était complice dans le commerce mondial illégal de pangolins. En effet, le rapport atteste que Pékin continue d’autoriser l’utilisation d’écailles de pangolins pour la médecine traditionnelle chinoise malgré les promesses de réprimer le plus gros commerce illégal d’animaux au monde, comme le relate le Guardian. Au mois de juin dernier, les écailles de pangolins avaient pourtant été retirées de la liste officielle des ingrédients approuvés en médecine traditionnelle chinoise pour l’année 2020.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le rapport publié par l’EIA fait remarquer que les plateformes de vente en ligne telles qu’eBay et Taobao, le principal site de vente en ligne de Chine, font toujours de la publicité pour les produits à base de pangolin, et que les grandes sociétés pharmaceutiques, y compris le principal groupe chinois Beijing Tong Ren Tang, proposent le même type d’articles sur leurs sites. Les auteurs de l’enquête ont révélé que pas moins de 221 entreprises avaient été autorisées à vendre des articles contenant des écailles de pangolin.

“La Chine n’a pas fait le nécessaire”

L’ONG a déclaré que cela a mis en avant d’importantes lacunes dans la réglementation chinoise qui n’existeraient sans doute pas si le gouvernement voulait réellement protéger les espèces en voie d’extinction.

“La Chine a pris quelques demi-mesures mais n’a pas fait le nécessaire pour interdire l’utilisation des écailles de pangolins en médecine”, a déclaré Chris Hamley, responsable du programme “pangolins” de l’EIA. “Compte tenu du commerce illégal massif et de la faiblesse de la réglementation en interne, il est très probable que les sociétés pharmaceutiques utilisent ces écailles interdites. Notre rapport en a trouvé un grand nombre.”

À LIRE AUSSI >>> Qu'est-ce que le pangolin, cet animal un temps soupçonné d’avoir transmis le Covid à l’homme ?

En Chine, les pangolins ont presque disparu en partie à cause de leurs écailles. Bien qu’il n’y ait aucune preuve médicale, une croyance chinoise veut qu’un bouillon contenant les écailles de ce fourmilier a des qualités médicinales, notamment en aidant les jeunes mamans à produire du lait.

Ce contenu peut également vous intéresser :