Autour de Taïwan, la Chine entame ses manœuvres militaires, des missiles tirés

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Chinese military helicopters fly past Pingtan island, one of mainland China's closest point from Taiwan, in Fujian province on August 4, 2022, ahead of massive military drills off Taiwan following US House Speaker Nancy Pelosi's visit to the self-ruled island. - China is due on August 4 to kick off its largest-ever military exercises encircling Taiwan, in a show of force straddling vital international shipping lanes following a visit to the self-ruled island by US House Speaker Nancy Pelosi. (Photo by Hector RETAMAL / AFP)
HECTOR RETAMAL / AFP Chinese military helicopters fly past Pingtan island, one of mainland China's closest point from Taiwan, in Fujian province on August 4, 2022, ahead of massive military drills off Taiwan following US House Speaker Nancy Pelosi's visit to the self-ruled island. - China is due on August 4 to kick off its largest-ever military exercises encircling Taiwan, in a show of force straddling vital international shipping lanes following a visit to the self-ruled island by US House Speaker Nancy Pelosi. (Photo by Hector RETAMAL / AFP)

HECTOR RETAMAL / AFP

Des hélicoptères militaires chinois survolent l’île de Pingtan, l’un des points les plus proches de la Chine continentale depuis Taïwan, dans la province du Fujian, le 4 août 2022.

INTERNATIONAL - Moins de 24 heures après le départ de Nancy Pelosi de Taïwan, la Chine a mis ses menaces à exécution autour de l’île qu’elle revendique. Comme annoncé par la télévision publique chinoise (CCTV), ce jeudi 4 août, les exercices militaires promis par Pékin ont débuté.

Une démarche belliqueuse qui cherche à simuler un blocus de Taïwan et qui a été presque immédiatement condamnée, notamment par l’Union européenne lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Asean.

Le HuffPost fait le point sur la situation à Taïwan et autour de l’île après la visite polémique Nancy Pelosi.

  • De menaçantes manœuvres militaires à l’œuvre jusqu’à dimanche midi

« Les exercices commencent », a indiqué CCTV dans un message posté sur le réseau social Weibo, alors que les premiers tirs de projectiles en direction du détroit de Taïwan ont été observés par des journalistes de l’AFP sur place. Les reporters ont vu plusieurs projectiles tirés à proximité d’installations militaires s’envoler dans le ciel vers la mer, suivis de panaches de fumée blanche depuis Pingtan, une île chinoise située près d’une des zones.

Ces exercices ont lieu dans toute une série de zones encerclant Taïwan, parfois à seulement 20 kilomètres des côtes taïwanaises. Une réponse jugée « nécessaire et légitime » par la Chine après le passage de la démocrate américaine, alors même que cette dernière n’est pas restée plus d’une journée sur place.

Pékin a ainsi lancé à partir de ce jeudi midi (04 h 00 GMT) de vastes manœuvres militaires dans six zones autour de Taïwan, au niveau de routes commerciales très fréquentées. L’armada militaire déployée par la Chine pour ses exercices doit rester en place jusqu’à dimanche midi (4 h 00 GMT), a précisé CCTV dans ce même message sur les réseaux sociaux.

Carte de Taiwan et des eaux environnantes, localisant les zones des exercices militaires chinois prévus entre le 4 et le 7 août
LAURENCE CHU / AFP Carte de Taiwan et des eaux environnantes, localisant les zones des exercices militaires chinois prévus entre le 4 et le 7 août

LAURENCE CHU / AFP

Carte de Taiwan et des eaux environnantes, localisant les zones des exercices militaires chinois prévus entre le 4 et le 7 août

« Pendant cette période, les navires et aéronefs concernés ne doivent pas pénétrer dans les eaux et les espaces aériens concernés ». À Pingtan, des hélicoptères militaires ont survolé le ciel en direction du détroit de Taïwan, ont constaté des journalistes de l’AFP.

« Si les forces taïwanaises viennent volontairement au contact de (l’armée chinoise) et viennent à tirer accidentellement un coup de feu, (l’armée chinoise) répliquera avec vigueur et ce sera à la partie taïwanaise d’en assumer toutes les conséquences », a indiqué à l’AFP une source militaire anonyme au sein de l’armée chinoise.

  • Taïwan ne veut pas la guerre mais s’y « prépare »

Quant à elle, les forces armées de Taïwan ont affirmé ce jeudi « se préparer à la guerre sans chercher la guerre », au moment où la Chine a démarré les plus grandes manœuvres militaires de l’histoire autour de l’île.

« Le ministère de la Défense nationale souligne qu’il respectera le principe de se préparer à la guerre sans chercher la guerre », a indiqué le ministère taïwanais de la Défense dans un communiqué.

Selon le journal Global Times, qui cite des analystes militaires, les exercices sont d’une ampleur « sans précédent » car des missiles vont survoler Taïwan pour la première fois. « C’est la première fois que l’armée chinoise va lancer des tirs d’artillerie à munitions réelles et de longue portée au-dessus du détroit de Taïwan », souligne le quotidien, connu pour son ton nationaliste.

A TV screen shows that China's People's Liberation Army has begun military exercises including live firing on the waters and in the airspace surrounding the island of Taiwan, as reported by Chinese state television, in Hong Kong, China August 4, 2022. REUTERS/Tyrone Siu
TYRONE SIU / REUTERS A TV screen shows that China's People's Liberation Army has begun military exercises including live firing on the waters and in the airspace surrounding the island of Taiwan, as reported by Chinese state television, in Hong Kong, China August 4, 2022. REUTERS/Tyrone Siu

TYRONE SIU / REUTERS

Un écran de télévision montre que l’Armée populaire de libération de Chine a commencé des exercices militaires, y compris des tirs en direct sur les eaux et dans l’espace aérien entourant l’île de Taïwan, comme l’a rapporté la télévision d’État chinoise

« Certaines des zones des manœuvres de la Chine empiètent sur (...) les eaux territoriales de Taïwan », a déclaré Sun Li-fang, le porte-parole du ministère taïwanais de la Défense, fustigeant « un acte irrationnel visant à défier l’ordre international ».

Le ministère a indiqué que l’armée taïwanaise avait tiré une fusée éclairante dans la nuit de mercredi à jeudi pour éloigner un drone qui survolait l’île de Kinmen, qui se trouve à seulement 10 km de la ville de Xiamen, en Chine continentale. Il n’a pas précisé de quel type de drone il s’agissait ni d’où il provenait.

  • Appel au « calme » et à la « sagesse »

Le chef de la diplomatie de l’Union européenne Josep Borrell a condamné dès ce jeudi les manœuvres militaires « agressives » de la Chine, estimant qu’il n’y avait « aucune justification » à utiliser « comme prétexte » la visite à Taïwan de la cheffe des députés américains Nancy Pelosi.

« Il est normal pour les députés de nos pays de voyager à l’international », a-t-il écrit sur Twitter depuis Phnom Penh, en marge d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Asean. « Nous encourageons toutes les parties à rester calmes, à faire preuve de retenue, à agir avec transparence », ajoute-t-il dans son message.

Ses homologues de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est ont prévenu que la situation autour du détroit de Taïwan peut mener à des « conflits ouverts », dans un communiqué commun diffusé peu de temps après.

« L’Asean est préoccupée par l’instabilité internationale et régionale, notamment avec les récents développements dans la région adjacente de l’Asean, qui peuvent mener à de mauvais calculs, une confrontation sérieuse, des conflits ouverts, et des conséquences imprévisibles pour les grandes puissances », ont-ils assuré.

« Le monde est dans un besoin urgent de sagesse et du sens de la responsabilité de tous les chefs d’État pour défendre le multilatéralisme (...) et la coexistence pacifique », ont-ils poursuivi.

Un comportement jugé « irresponsable » par Washington. La situation pourrait dégénérer, a prévenu mercredi le principal conseiller diplomatique de Joe Biden, Jake Sullivan. « Quand une armée conduit une série d’activités qui incluent la possibilité d’essais de missiles, d’exercices de tirs réels (...), la possibilité qu’un incident se produise est réelle », a-t-il affirmé sur la radio publique NPR.

« Et nous pensons que ce que la Chine fait ici n’est pas responsable », a poursuivi le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, qui estime que ces exercices militaires vont « accroître les tensions dans le détroit de Taïwan ».

À voir également sur Le HuffPost : Nancy Pelosi est arrivée à Taïwan malgré les mises en garde de la Chine

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles