Publicité

Chasse à l'homme à Londres: le corps du suspect de l'attaque au produit chimique vraisemblablement retrouvé

La police britannique a annoncé ce mardi 20 février avoir vraisemblablement retrouvé dans la Tamise, en plein centre de Londres, le corps d'un homme soupçonné d'une agression avec un produit chimique à l'encontre de son ex-compagne et des deux filles de cette dernière.

Abdul Ezedi, 35 ans, est suspecté d'avoir aspergé son ancienne compagne, 31 ans, et ses deux fillettes, d'une substance "alcaline" (de type soude ou eau de Javel) dans sa voiture mercredi 31 janvier au soir. Lui-même avait été sérieusement blessé au visage par la substance lors de l'attaque dont les images, rendues publiques, avaient provoqué l'effroi.

Récompense à la clé

Depuis cette agression dans le quartier de Clapham, dans le sud de Londres, la police avait lancé une véritable chasse à l'homme, offrant également une récompense de 20.000 livres (23.400 euros) pour toute information permettant l'arrestation du suspect.

Mais sur la base des images de vidéosurveillance, elle avait indiqué penser qu'il était mort.

Elle a indiqué mardi qu'un corps avait été repéré lundi dans l'après-midi par bateau en plein centre de Londres, près de Tower Bridge, l'une des attractions touristiques les plus célèbres de la capitale.

"Sur la base des vêtements distinctifs qu'il portait au moment de l'attaque et des objets trouvés sur son corps, nous croyons fermement avoir retrouvé le corps d'Ezedi", a précisé la Metropolitan Police dans un communiqué.

Encore un peu de temps pour l'identifier

Elle a souligné qu'il faudrait du temps pour identifier formellement le corps, qui s'est dégradé, ne permettant pas l'utilisation des empreintes digitales et nécessitant le recours à l'ADN ou aux empreintes dentaires.

Scotland Yard avait indiqué qu'Abdul Ezedi avait été en couple avec la mère des deux fillettes de trois et huit ans, mais que le couple s'était séparé.

La victime, qui pourrait perdre l'usage de son oeil droit du fait de l'attaque, est toujours hospitalisée, a indiqué la police mardi, précisant cependant que "son état s'est amélioré" et qu'elle "ne se trouve plus sous sédatif".

Quant à ses deux filles, leurs blessures n'étaient pas aussi graves qu'on pouvait le craindre initialement.

Selon les médias britanniques, Abdul Ezedi, qui serait arrivé d'Afghanistan en 2016, a déjà été condamné en 2018 pour un délit sexuel et condamné à une peine avec sursis par le tribunal de Newcastle.

Selon la même source, il a obtenu l'asile au Royaume-Uni après deux échecs, après qu'un prêtre a affirmé aux autorités britanniques qu'il s'était converti au christianisme.

Article original publié sur BFMTV.com