Chômage, climat, voile... Le débat Le Pen-Macron résumé en 7 séquences fortes

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·6 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Ce mercredi soir, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont retrouvés pour la revanche de leur débat de 2017. BFMTV.com fait le résumé des séquences à retenir de cette version 2022, organisée à quelques jours du second tour de l'élection présidentielle.

Match retour. Après un premier débat en 2017, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont à nouveau affrontés ce mercredi, pour le traditionnel débat de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle. Pouvoir d'achat, guerre en Ukraine, environnement... Pendant un peu moins de trois heures, le président-sortant et la candidate du Rassemblement national ont confronté leur projet pour la France. Résumé de ce face-à-face en sept séquences fortes.

• Macron reproche le vote contre le bouclier énergétique de Le Pen, elle réclame des mesures "pérennes"

Face à l’inflation actuelle, notamment sur les prix de l’énergie, Emmanuel Macron veut prolonger le bouclier tarifaire sur le gaz et l’électricité qu’il juge "deux fois plus efficace que la baisse de la TVA" voulue par Marine Le Pen. "La mesure de blocage, je n’y suis pas du tout opposée", a d'abord indiqué la candidate du Rassemblement national. Mais "je veux quelque chose de pérenne et pas quelque chose de provisoire comme vous le proposez".

Emmanuel Macron reproche à sa concurrente d’avoir pourtant voté contre ce bouclier énergétique à l’Assemblée nationale, qu'il défend comme une mesure de crise, qui prendra fin à l'issue de la période d'inflation. "Je me félicite que vous soyez pour le garder malgré votre vote négatif, c'est une bonne chose", ironise-t-il ainsi.

Marine Le Pen répond qu’elle a voté contre car elle veut mettre en place une baisse de la TVA à 5% sur l’énergie, une mesure sur la durée pour “changer le système de fond en comble”. La candidate du RN affirme qu’elle rendra 12 milliards d’euros aux Français avec ce dispositif.

• Augmenter les salaires ou augmenter les primes? Les deux candidats taclent leurs propositions respectives

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont accrochés sur leurs propositions respectives d'incitations à augmenter les salaires et primes, chacun accusant l'autre de faire croire que les hausses seront "automatiques".

"Vous n'allez pas faire les salaires, Mme Le Pen". "Tout comme vous n'allez pas faire les primes, M. Macron", se sont répondu les deux candidats à la présidentielle, en évoquant la thématique du pouvoir d'achat.

La cheffe de file du Rassemblement national a défendu sa proposition de geler "les cotisations patronales" en cas d'augmentation de "10% des salaires jusqu'à 3 fois le Smic". "Vous n'augmentez pas les revenus car vous n'administrez pas les salaires", a répliqué son rival.

De son côté, Emmanuel Macron est revenu sur le dispositif de prime versée par les entreprises, qui sera défiscalisée jusqu'à 6000 euros. "Mais dans la vraie vie, quand vous allez chercher un prêt auprès de votre banquier, il vous demande votre salaire et il se moque des primes", a argué Mme Le Pen, "parce qu'il sait qu'un coup, vous aurez la prime et puis peut être un coup, vous ne l'aurez pas".

• Macron accuse Le Pen de "dépendre du pouvoir russe et de M. Poutine"

Interrogé sur la situation ukrainienne, Marine Le Pen a salué les "efforts" d'Emmanuel Macron. "J'avoue que les efforts que vous avez développés pour trouver les moyens, les voies pour la paix méritent d'être soutenus", a déclaré la candidate du Rassemblement national.

Emmanuel Macron a lui reproché à Marine Le Pen de "dépendre" du pouvoir russe et de Vladimir Poutine en raison de son prêt contracté auprès d'une banque russe pour l'élection présidentielle de 2017. À sa concurrente de répondre qu’elle a fait ce choix “parce qu'aucune banque française n'a voulu (lui) 'accorder de prêt”.

Marine Le Pen a alors reproché à Emmanuel Macron de l'avoir empêchée de contracter un prêt auprès d'une banque française pour l'élection présidentielle 2017. "Vous étiez ministre de l'Economie à l'époque", lui a répondu Marine Le Pen. "Personne n'est jamais intervenu vous le savez très bien", a rétorqué son adversaire.

• Macron qualifie Le Pen de "climatosceptique", la candidate le dépeint en "climatohypocrite"

Passe d’armes sur le thème de l’environnement. Les deux candidats à la course à l’Elysée étaient interrogés sur leurs propositions pour la lutte contre le dérèglement climatique. "Vous êtes climatosceptique", a lancé Emmanuel Macron jugeant le programme écologique de sa concurrente “sans queue ni tête”. Il lui reproche notamment de ne pas avoir “un mot sur l’écologie dans (ses) 22 mesures pour la France”.

"Je ne suis absolument pas climatosceptique, vous vous êtes climatohypocrite", a répondu Marine Le Pen. Sur ce thème, elle prône le localisme et fustige “l’écologie punitive” du programme de son concurrent.

• Le Pen accuse Macron d'avoir prévu des éoliennes en mer partout "sauf en face du Touquet"

Fermement opposée aux éoliennes, Marine Le Pen a accusé Emmanuel Macron d'avoir prévu d'en installer partout en mer "sauf en face du Touquet", référence aux attaches du président dans cette ville du Pas-de-Calais où il passe de temps en temps des vacances.

Juste après cet échange, l’équipe de la candidate du Rassemblement national a accusé Emmanuel Macron de “mentir”, en citant un article rapportant la décision de l'Etat de suspendre en août 2017 le projet d'éoliennes offshore au Touquet. "Heureux d'avoir obtenu gain de cause pour notre territoire et ses habitants", écrivaient à l'époque les militants LaREM Thibaut Guilluy et Tiphaine Auzière, qui est également la belle-fille d'Emmanuel Macron.

• Macron juge qu'interdire le port du voile dans l’espace public entraînera une "guerre civile"

"Je suis pour l'interdiction du voile dans l'espace public car je pense que c'est un uniforme imposé par les islamistes", a affirmé Marine Le Pen. Son concurrent Emmanuel Macron estime que cette loi sur l'interdiction du voile va créer une "guerre civile". Selon lui, il s'agit d'une "loi de rejet".

Il a même qualifié cette mesure d'inconstitutionnelle. "Vous n'avez pas lu ma loi", lui a répondu la candidate du Rassemblement nationale. "Non, mais j'ai lu la Constitution française, excusez-moi", a répliqué le président-candidat.

· La moue de Macron et le tweet de Le Pen détournés par les internautes

C'est l'une des images qui a marqué les esprits dès les premières minutes du débat d'entre-deux-tours: celle de la moue d'Emmanuel Macron face à Marine Le Pen. Mains croisées sous le menton, le président sortant a arboré une expression faciale qui n'a pas manqué d'amuser de nombreux internautes.

À ce moment-là, le candidat de la République en Marche écoutait sa rivale du Rassemblement national dénoncer le bilan de son quinquennat. Plusieurs internautes ont déploré une expression lui donnant un côté "donneur de leçons".

Un peu plus tard, une autre séquence du débat a inspiré les internautes. Mise en cause par Emmanuel Macron pour ses positions sur la guerre en Ukraine, Marine Le Pen a sorti l'un de ses tweets, daté de 2014, imprimé en format A4: "Je soutiens une Ukraine libre, qui ne soit soumise ni aux Etats-Unis, ni à l'UE, ni à la Russie", écrivait-elle alors.

Sur les réseaux sociaux, la feuille de papier a été rapidement réexploitée avec d'autres images que le message initial.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Débat présidentiel : confrontation autour du pouvoir d'achat

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles