La CGT Énergie de Marseille annonce un coup de pouce « illégal » mais « moral » pour les boulangers

A woman holds a loaf of bread up as she stands behimd a sign that reads, 'bakery', during a protest organised by the collective for the survival of bakers and crafts artisans, at Bercy, in Paris on January 23, 2023. - Recently described as
THOMAS SAMSON / AFP A woman holds a loaf of bread up as she stands behimd a sign that reads, 'bakery', during a protest organised by the collective for the survival of bakers and crafts artisans, at Bercy, in Paris on January 23, 2023. - Recently described as "250 grams of magic and perfection" by French President Emmanuel Macron, the French baguette is at risk from surging energy prices, with some bakers warning they can no longer afford to fire up their ovens. (Photo by Thomas SAMSON / AFP)

ÉNERGIE - Alors que la flambée des prix de l’énergie met en difficulté de nombreux boulangers en France, la branche énergie de la CGT marseillaise compte aider certains d’entre eux, quitte à tomber dans l’illégalité.

La CGT Mines-Énergie a en effet commencé à s’organiser pour de nouveaux « temps forts » dans la mobilisation contre le projet de loi de réforme des retraites, avec des coupures volontaires, la gratuité pour certains clients, de nouvelles baisses de production…

Souhaitant monter en puissance avant la prochaine journée nationale d’action du 31 janvier, elle prévient ce lundi 23 janvier qu’elle ne s’interdira rien « jusqu’au retrait » du projet.

Des opérations de « gratuité » se précisent ainsi dans la cité phocéenne, où le syndicat entend réduire la facture de commerçants dont les notes d’électricité explosent, notamment les boulangers.

« On a la capacité technique de faire baisser les factures d’énergie des boulangers, sans mettre en danger les biens ni les personnes », a déclaré à l’AFP Renaud Henry, secrétaire général de la CGT Énergie Marseille.

Sans vouloir préciser comment sera effectuée cette opération « complètement illégale », il indique qu’elle pourrait faire baisser de moitié leur facture. « C’est aussi complètement moral pour nous », ajoute Renaud Henry.

« Ça a dû commencer, on a lancé l’appel la semaine dernière », ajoute-t-il, pas encore en mesure de préciser le nombre de boulangers concernés, et le nombre d’agents impliqués.

De potentielles coupures ciblées, tout aussi illégales

« Il y a beaucoup de réflexions autour d’actions positives de gratuité, comme à Marseille », a de son côté indiqué Fabrice Coudour, secrétaire fédéral de la FNME-CGT. « Tarifs réduits (forçage du passage en heures creuses), suppression du comptage de la consommation... mais aussi rétablissement de tous ceux qui sont coupés malgré la trêve hivernale », a-t-il précisé.

Selon lui, certaines de ces actions « Robins des bois » pourraient concerner des écoles et des hôpitaux dans la semaine, même si à ce stade, il n’y a encore rien de concret.

À côté de ces actions, des coupures ciblées, et tout aussi illégales, pourraient de nouveau avoir lieu dans les prochains jours, après celles qui ont touché la semaine dernière entre autres une députée Renaissance du Lot, le centre-ville de Montpellier, et les villes de Massy (Essonne) et Chaumont (Haute-Marne).

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez avait évoqué dimanche la possibilité de couper le courant à des milliardaires, comme Vincent Bolloré.

Plusieurs centaines de manifestants, pour la plupart des boulangers, se sont par ailleurs rassemblés ce lundi à Paris pour demander des aides supplémentaires face à la hausse des prix de l’énergie.

La confédération nationale de la boulangerie et boulangerie-pâtisserie n’avait pas appelé à manifester, satisfaite du dialogue en cours avec le gouvernement et des dispositifs en place, bien que ceux-ci soient encore peu connus des entreprises.

Mais plusieurs collectifs, dont le « Collectif pour la survie de la boulangerie et de l’artisanat », ont appelé à une marche vers le ministère de l’Économie. Des centaines de boulangers ont répondu présent, baguettes à la main.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi