Publicité

"C'est fini", "rendez-vous": Benjamin Netanyahu demande aux combattants du Hamas de se rendre

Le premier ministre israélien l'assure, "c'est le début de la fin du Hamas" à mesure que "la guerre se poursuit", et évoque des combattants islamistes qui "déposent les armes et se rendent à nos soldats héroïques."

Des mots forts. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé dimanche les combattants du Hamas à déposer les armes sans délai, affirmant enregistrer de nombreuses redditions ces derniers jours qui annoncent "le début de la fin" du mouvement islamiste palestinien.

"Ils déposent les armes et se rendent à nos soldats héroïques. Cela prendra du temps. La guerre se poursuit mais c'est le début de la fin du Hamas", a-t-il déclaré, cité dans un communiqué.

"Je dis aux terroristes du Hamas: c'est la fin. Ne mourez pas pour [le chef du mouvement à Gaza, Yahya] Sinouar. Rendez-vous - maintenant!", a-t-il ajouté.

Le Hamas exige des négociations

Pour sa part, le Hamas a rejeté ces allégations et dit continuer à affronter les soldats israéliens et à tirer des roquettes sur Israël - pour la plupart interceptées.

Le mouvement islamiste palestinien, classé terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et le Canada entre autres, a répliqué qu'aucun d'otage ne sortira "vivant" de Gaza "sans un échange et une négociation, et sans répondre (à ses) exigences".

Quelque 240 personnes ont été enlevées et emmenées dans la bande de Gaza le 7 octobre par le Hamas et d'autres groupes, et 137 y sont encore captives, selon Israël.

Le Premier ministre du Qatar, principal médiateur entre les belligérants, a quant à lui assuré dimanche que les efforts "se poursuivent" envers une trêve mais que les bombardements israéliens incessants en "réduisent les possibilités".

Lors d'un cessez-le-feu d'une semaine fin novembre, 105 otages, dont 80 Israéliens, ont été relâchés en échange de 240 prisonniers palestiniens.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Intenses combats à Gaza, le Hamas ne libérera pas d'otages sans "négociations"