Une centaine de personnalités dénoncent les «propos homophobes» de la ministre Caroline Cayeux

Jean-Bernard Vernier/JBV News/ABACAPRESS.COM

Dans une tribune publiée dimanche par le JDD, une centaine de personnalités, y compris de la majorité présidentielle, dénoncent les "propos homophobes" de la ministre Caroline Cayeux.

Une centaine de personnalités de tous horizons, y compris de la majorité présidentielle, ont dénoncé les "propos homophobes" de la ministre Caroline Cayeux qui "meurtrissent personnellement" beaucoup de signataires de cette tribune parue dans le Journal du Dimanche .

De Manuel Valls à Alex Goude

"Comment accepter les propos tenus par la ministre chargée des Collectivités territoriales à la veille de la fête nationale ", s'interrogent notamment les signataires, parmi lesquels figurent, au rayon politique, l'ancien Premier ministre Manuel Valls, les députés de la majorité Joël Giraud, David Valence, Raphaël Gérard, Quentin Bataillon, ou encore les maires de Paris Centre Ariel Weil (PS), du 5e arrondissement Florence Berthout (DVD), du 6e arrondissement Jean-Pierre Lecoq (LR) et du 9e arrondissement Delphine Bürkli (Horizons), ainsi que la 1re adjointe au maire de Marseille Michèle Rubirola (EELV).

Ont également paraphé le texte, intitulé "A tous ces gens-là", le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, le secrétaire général de l'UNSA Laurent Escure, l'entrepreneur Mathieu Gallet, l'animateur Alex Goude, la docteure en sciences Aurélie Jean ou encore le psychiatre Serge Hefez.

Caroline Cayeux, ministre des Collectivités territoriales, avait suscité la polémique cette semaine en répondant à Public Sénat, qui l'interrogeait sur d'anciennes déclarations datant de 2013 "sur le mariage pour tous et l'adoption pour les couples de même sexe, qualifiées de réforme de caprice et de dessein qui va contre la nature".

Des propos qu'elle qualifie de "stupides et maladroits"

La ministre avait d'abord dit : "Je maintiens évidemment mes propos. Mais j'ai toujours dit que la loi, si elle était votée, je l'appliquerais". Et d'ajouter : "Je dois vous(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles