Publicité

Comment "Coup du marteau", l'inattendu tube de la CAN 2024, a porté la Côte d'Ivoire jusqu'à la victoire

On a dansé sur "Coup du marteau" jusqu'au petit matin dans les rues d'Abidjan. Pour la troisième fois de son histoire, la Côte d'Ivoire est sur le toit de l'Afrique. Dimanche soir, après un parcours incroyable, les Eléphants ont renversé le Nigeria en finale (2-1), provoquant des scènes de liesse dans tout le pays. Si ce triomphe devait avoir une musique pour l'accompagner, elle serait déjà toute trouvée. Depuis un mois, impossible d'être passé à côté du fameux "Coup du marteau." Alors que l’organisation de la CAN 2024 avait misé sur Magic System pour écrire l’hymne officiel de la compétition, le public ivoirien a plébiscité ce tube inattendu du producteur et beatmaker Tam Sir.

>> Toute l'actualité de la CAN 2024

Depuis le début du tournoi, ce morceau de "rap ivoire" est repris en masse en Côte d’Ivoire, pays hôte de cette CAN 2024. Au restaurant, dans les bars et même dans les stades, où la chanson est autant diffusée que l’hymne officiel concocté par Magic System, Coup du marteau soulève les foules. Moins de deux mois après sa sortie et alors que la CAN a débuté il y a un peu plus de deux semaines, le morceau culmine à plus de 17 millions de vues sur Youtube.

Tube survitaminé et chorégraphie facile à reprendre

La recette gagnante? Un tube survitaminé aux reflets de coupé décalé, un rythme entraînant, des mélodies entêtantes, une brochette d’artistes émergents réunis par Tam Sir (Team Paiya, Ste Milano, Renard Barakissa, Tazeboy et PSK) et une chorégraphie facile à imiter. Que ce soit sur les réseaux sociaux où dans les différents lieux de rencontre, les petits coups de reins qui ponctuent le Coup du marteau sont repris partout.

Avant le début de la compétition, la Confédération africaine de football (CAF) avait pourtant misé gros sur un EP de six titres, intitulé AFCON 2023, qui conviait plusieurs stars du moment. Vegedream, auteur du mythique Ramenez la Coupe à la maison lors de la Coupe du monde 2018, y proposait notamment un duo avec Kaaris, rappeur français d’origine ivoirienne.

Question de timing

Pour l’hymne officiel, c’est donc Magic System qui avait été choisi par l'organisation. Connu pour ses multiples tubes de zouglou, le groupe, plus gros vendeur ivoirien de musique à l’international cochait toutes les cases. Mais le titre Akwaba ("bienvenue" dans plusieurs langues akan), en collaboration avec la chanteuse nigériane Yemi Alade et le rappeur égyptien Mohamed Ramadan, peine à s’imposer. Et ce malgré tous les codes d’un "morceau de stade".

"Là où Tam Sir a eu le nez creux, c’est en sortant le morceau bien avant les autres (le 8 décembre, alors que la compilation officielle AFCON 2023 est sortie le 21 décembre, NDLR), avance Léo Montaz, spécialiste de l’industrie musicale ivoirienne, dans les colonnes du Monde. En misant sur un morceau de rap ivoire et coupé-décalé, 100% ivoirien, qui réunit plusieurs jeunes artistes en vogue, ça donne un son dans l’air du temps – ce que n’est plus Magic System, il faut bien l’admettre." Un son qui a surtout porté bonheur aux Eléphants, nouveaux Rois d'Afrique.

Article original publié sur RMC Sport