Publicité

"C’est une folie", l’interprète de "Coup du marteau" hallucine du carton du tube de la CAN

Les chiffres donnent le tournis: en deux mois, le clip a été vu plus de 20 millions de fois sur Youtube. Surtout, le morceau est désormais repris dans les stades, à la mi-temps des matchs pour les "dance cam", par les joueurs ivoiriens et même le président de la République ivoirienne, Alassane Ouattara. Le "Coup du marteau" est devenu le tube de la Coupe d’Afrique des Nations reléguant au second plan les hymnes officiels de Magic System et A’salfo. Invité de l’After CAN jeudi sur RMC, son interprète Tam Sir, beat maker, confie être totalement dépassé par le succès retentissant de son tube.

"Ce n’était pas un son dédié à la CAN"

"C’est une ambiance", présente-t-il. "Le Coup du Marteau n’était pas un son dédié à la CAN, c’est le premier extrait de mon EP qui doit sortir et je voulais juste réfléchir à faire un son avec mes amis qui serait joué après les matchs dans les boîtes, les maquis (les restaurants), les bars et les lounges. Ce n’était pas un son dédié à la CAN, l’idée du clip était de nous mettre dans l’ambiance CAN."

Il a finalement imprégné le cœur de la compétition avec la reprise de la chorégraphie par Seko Fofana et ses partenaires après la victoire face au Sénégal (1-1, 5 t.a.b. 4), lundi. "La Côte d’Ivoire a porté le titre, l’Afrique a pris le relais et on espère que le monde entier est prêt à recevoir cette chanson", confie-t-il. Ce mix de "Rap Ivoire 2.0" et de "coupé-décallé 2.0" a aussi conquis les politiques.

"On a eu cette grâce de voir le président de la République de la Côte d’Ivoire rentrer avec cette chanson lors de la cérémonie d’ouverture de la CAN, ça m’a mis KO", souri t son auteur. L’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire s’est aussi laissé tenter par quelques déhanchés dans les couloirs de l'Institut Français. "Je lui donne des cours, je pense qu’il lui manque un seul cours pour qu’il soit très bien sur le coup du marteau", sourit l’artiste.

Tam Sir, percussionniste et bassiste de base, définit encore son tube comme "le petit son qui marche à côté" de l’hymne officiel d’A’salfo qu’il trouve "superbe". Il ne comprend pas encore vraiment les clés de ce succès inattendu. "Quand j’ai appelé les gars pour faire le son, je savais que le son allait marcher mais pas comme ça", ajoute-t-il. "Je ne m’attendais pas à faire 20 millions de vues en deux mois, c’est une folie. C’est un record qui n’a jamais existé dans ce pays. On espère que les sons seront de la même envergure. J’ai fait des succès mais celui, c’est mon plus gros succès."

Il a ainsi consacré un tube à Didier Drogba, dont il est fan. En attendant le succès planétaire, Team Sir produira en France le 15 février prochain à L’Olympia en première partie de Didi B. Avec une nouvelle aura qui pourrait, là encore, voler la vedette à l’artiste principal.

Article original publié sur RMC Sport