Publicité

"Pour lui, c'était le Real, le PSG ou Chelsea", un ancien coach de Belaïli regrette la trajectoire de sa carrière

Comme souvent pour ceux qui l'ont côtoyé, Youcef Belaïli rime avec gâchis. Gâchis à cause du talent intrinsèque du créateur algérien, qui aurait dû le mener vers une carrière encore plus brillante que ce que traduisent ses piges en Algérie, en Tunisie, au Qatar ou en France (Angers, Brest, Ajaccio).

"Pour parler de Youcef, il faudrait une émission complète, estime le sélectionneur du Burkina Faso Hubert Velud, qui l'a connu à l'USM Alger (2014-15). Pour résumer, c'est quelqu'un qui aurait dû faire carrière au Real, au Paris Saint-Germain, à Chelsea. Il a fait son chemin quand même, mais par rapport à son potentiel..."

"Un mode de vie difficilement compatible avec le football de haut niveau"

Belaïli a joui d'une cote inestimable tout au long de ses années de footballeur, surtout sur son continent. A 31 ans et désormais au MC Alger, l'Algérien n'aura jamais atteint le gratin européen. La faute à ses frasques extra-sportives, à de mauvais choix de carrière? Velud acquiesce.

"Oui... C'est aussi un mode de vie difficilement compatible avec le football de haut niveau, mais bon, il est comme ça, poursuit le technicien français. C'est aussi ce qui fait sa force. C'est un joueur d'instinct, qui est sans complexe, avec une grande confiance en lui et un potentiel énorme. Il a tout."

Titulaire lors des deux premiers matches des Fennecs à la CAN 2024, Belaïli devrait encore bénéficier de la confiance de Djamel Belmadi face à la Mauritanie, ce mardi (21h) lors de la dernière journée de la phase de groupes.

Article original publié sur RMC Sport