BPCO, maladies cardio-vasculaires : association de malfaiteurs…

BPCO, maladies cardio-vasculaires : association de malfaiteurs…

La broncho-pneumopathie obstructive chronique (BPCO) est vraiment le sujet dont on parle au Congrès de la Société européennes des Maladies respiratoires (ERS), qui se tient actuellement à Amsterdam (Pays-Bas). Ce n'est d'ailleurs pas une surprise, car son incidence croissante tend à devenir vertigineuse. Alors que les études se succèdent pour dénoncer une dégradation de la qualité de vie des patients, un état des lieux s'impose... Des accès de toux, une tendance à l'essoufflement, un besoin fréquent de cracher pour éliminer – particulièrement le matin – des bronchites à répétition… Ce sont des signes qui ne trompent pas. La BPCO est une maladie chronique, inflammatoire, qui progresse très lentement mais… inexorablement. Elle affecte les bronches, et entraîne des lésions, anatomiques aussi bien que fonctionnelles, au niveau des poumons. Dans plus de 80% des cas, le tabac est en cause. 210 millions de malades dans le monde En France, environ 3,5 millions de patients souffrent de BPCO. Et 16 000 en meurent chaque année ! A l'échelle mondiale, les chiffres sont plus discutés. Sur son site Internet, l'OMS fait état de 66 millions de malades. Mais les données évoquées à l'occasion de cet ERS font état de malades en nombres trois à quatre fois plus élevés. C'est ainsi que le Dr Monica Fletcher de l'Université de Warwick au Royaume-Uni, évoque « 210 millions de malades ». Avec son équipe, elle a réalisé une étude dans six pays (Allemagne, Brésil, Chine, Etats-Unis, Royaume-Uni et Turquie) pour mesurer l'impact de cette affection sur le quotidien des malades. Au total, 2 500 patients de 45 à 65 ans y ont participé. Son travail confirme « les conséquences psychosociales et financières dévastatrices de cette maladie ». Laissons la parole aux chiffres : - Plus de huit patients sur dix rapportent qu'ils « ont été incapables de maintenir leur vie telle qu'elle était avant la maladie, et un sur quatre a expliqué ne plus être en mesure de s'occuper d'enfants » ; - Environ la (...) Lire la suite sur destinationsante.com


BPCO : n'oubliez pas de souffler
Essoufflé ? C’est peut-être grave…
Nouvel article
Recevez la newsletter de Destination Santé
Accédez à la rubrique Destination Femme

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles