Bouchons, retards... Ce chassé-croisé classé noir par Bison Futé a été compliqué

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

CHASSÉ-CROISÉ - Chaque année, c’est la même chose. Il y a ceux qui partent en vacances en août et ceux qui reviennent de leurs congés de juillet. Pour ce grand chassé-croisé, Bison Futé avait prévenu : journée noire dans le sens des départs, rouge pour les retours. Même si le pic de bouchons cumulés n’égale pas celui de l’an dernier à la même période, les automobilistes ont dû faire preuve de patience sur les routes de France, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Plus de 860 km de bouchons cumulés

Le pic a été atteint à 11H30 avec 862,8 km de bouchons cumulés. C’est moins qu’en 2021 où il avait atteint 880 km. Une tendance à la baisse depuis l’an dernier, comme l’avait d’ailleurs illustré un autre week-end de départs en vacances au début du mois de juillet.

« La situation est conforme aux prévisions. Les principales difficultés de circulation se situent sur l’A10 et l’A9 », indiquait Bison Futé en milieu de journée. L’A10, qui relie la région parisienne à Bordeaux, a connu jusqu’à plus de cent kilomètres de bouchons en fin de matinée, et l’A9 (Orange-Espagne) 85 km de bouchons.

Moins de bouchons sont attendus dimanche, journée classée orange dans le sens des départs. Dans le sens des retours, la circulation devrait se fluidifier.

Jusqu’à 3 heures de retard sur les TGV

Pour les usagers de la SNCF, les départs se sont aussi révélés difficiles, notamment à cause d’un départ de feu à proximité de Montélimar dans la Drôme, entre l’Autoroute du Soleil et la ligne à grande vitesse reliant Lyon à la Méditerranée a provoqué jusqu’à trois heures de retard sur plusieurs TGV.

La circulation des trains a repris à la mi-journée, après une grosse heure d’interruption, selon un porte-parole de la SNCF.

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Pour certains vacanciers voyageant par le rail, les ennuis ont commencé dès vendredi soir après qu’un train reliant Bruxelles à Paris a percuté un animal.

700 à 800 personnes ont dû passer la nuit à Bruxelles-Midi dans le Thalys, selon la porte-parole. D’autres ont fait de même à Paris mais Thalys et la SNCF - son actionnaire majoritaire - étaient samedi incapables de dire combien.

Dans la matinée de samedi, les trains accusaient entre 10 et 50 minutes de retard Gare du Midi à Bruxelles.

« On peut comprendre qu’il y ait des accidents. Ce qu’on reproche à Thalys, c’est le manque de communication. C’est débrouillez-vous », déplore Sarah Duray, une passagère belge qui n’a pas pu prendre son traitement médical habituel en raison de cette nuit imprévue passée loin de chez elle.

La SNCF attend un total d’un million de voyageurs dans ses TGV et Intercités en ce week-end de chassé-croisé, l’un des plus chargés de l’année.

À voir également sur Le HuffPost : Le gouvernement épinglé pour ses voitures à l’arrêt moteur allumé

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi :

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles