Publicité

Bertrand Cantat: la plateforme Ulule se désolidarise du financement du nouvel album du chanteur

"Un énorme malaise". Mercredi 7 février, l'artiste Bertrand Cantat, condamné en 2003 pour avoir tué Marie Trintignant et désormais privé de distributeur et de maison de disques, a ouvert, avec son groupe Détroit, une cagnotte sur la plateforme de financement participatif Ulule pour financer la création de leur prochain album.

Six heures plus tard, plus de 88.000 euros (sur un objectif de 60.000 euros) avaient déjà été récoltés. Ce vendredi 9 février, la cagnotte s'élève à plus de 129.000 euros et plus de 2.000 contributions.

Face à cet engouement, de nombreuses personnalités féministes sur les réseaux sociaux telles que Clit Révolution, Lauren Bastide ou encore Rose Lamy ont interpellé Ulule afin de faire savoir qu'elles ne se travailleraient plus avec la plateforme pour leurs futurs projets.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

Plus "aucune visibilité" donnée au projet

Ulule a alors réagi dans un communiqué publié sur Instagram jeudi pour s'excuser publiquement. La plateforme confie se désolidariser du projet de Bertrand Cantat et assure qu'elle ne donnera "aucune visibilité" à ce projet via ses canaux de communication.

"Ce projet a créé un énorme malaise au sein de notre équipe. Le nom de Bertrand Cantat n'étant pas mentionné dans le titre et le sous-titre du projet, la personne de notre équipe, qui a revu la page avant sa mise en ligne, n'a pas fait le lien entre le groupe de musique Détroit et Bertrand Cantat", précise Ulule.

View this post on Instagram

! 🐚🐪

A post shared by Viktorija Burakauskas (@toribur) on Jan 21, 2020 at 8:43am PST

"Bien que ce projet n'ait rien d'illégal, nous ne souhaitions pas associer Ulule à ce que Bertrand Cantat représente pour les victimes de violences conjugales.", poursuit la plateforme.

Commissions reversées à une association

Ulule précise également ne pas pouvoir mettre un terme à cette cagnotte car "son objet ou ses contenus" ne présentent pas de "caractère illégal".

"Une fois une collecte de fonds lancée, nous n'avons le droit de la stopper en cours de collecte que si son objet ou ses contenus présentent un caractère illégal, ou contreviennent aux conditions d'utilisation d'Ulule, ce qui n'est pas le cas de celle-ci", détaille Ulule.

La plateforme assure toutefois que les commissions qu'elle touche sur le projet seront reversées intégralement "à une association d'aide aux femmes victimes de violences conjugales."

Article original publié sur BFMTV.com