Publicité

Basic-Fit : 5 choses à savoir sur la chaîne de fitness néerlandaise qui déferle sur la France

Chaque semaine, Yahoo vous invite à mieux connaître une entreprise. Petits secrets, anecdotes, histoires insolites, ne manquez pas l’occasion d’épater vos amis. Pour ce 110e épisode, on s’intéresse à une entreprise qui prend du muscle depuis plusieurs années : Basic-Fit.

Basic Fit : 5 choses à savoir sur la chaîne de fitness néerlandaise qui déferle sur la France (Crédit : Getty Images)

1 - Devenu leader du secteur en un temps record

Depuis dix ans, elles poussent comme des champignons partout en France. Arrivées dans l'Hexagone en 2014, les salles de sport Basic-Fit ont conquis un large public pour plusieurs raisons. La première explication est évidement financière. La chaîne néerlandaise de salles de sport low cost mise sur des prix cassés pour gagner des clients et assécher la concurrence. L’entreprise propose plusieurs types d'abonnements, dont le moins cher est à 19,99 euros par mois. Les concurrents sont plus chers avec un premier prix supérieur de dix euros chez L’Orange Bleue, Keep Cool ou Fitness Park.

L’autre atout fort de Basic-Fit qui explique en grande partie son succès est sans conteste son quadrillage impressionnant du territoire. Présent dans les métropoles et les villes moyennes, le groupe batave ne néglige aucune région, aucun département pour capter le maximum de sportifs. Après avoir réussi l’exploit d’ouvrir au moins une salle dans chaque ville de plus de 30 000 habitants - hors Île-de-France -, Basic-Fit veut maintenant s’installer dans les petites villes et pourquoi pas les villages. "Désormais, nous ouvrons des clubs dans les villes de moins de 30 000 habitants, pour une raison simple : plus de 38 millions de Français y habitent", explique Rédouane Zekkri, directeur des opérations du groupe aux Échos. Basic-Fit ne s’interdit rien et vise désormais les zones moins peuplées mais avec du potentiel. "On peut avoir un club qui rencontre du succès dans une ville de 5.000 habitants", assure le dirigeant.

À LIRE AUSSI >> Puma : 5 choses à savoir sur l’ennemi juré d’Adidas

Fort de sa croissance fulgurante, le numéro un du fitness en Europe a ouvert 105 salles en France en 2019. Même le Covid n’a pas arrêté sa fulgurante ascension : 90 nouvelles salles en 2020, 81 en 2021 et 119 en 2022. Et ce n’est pas fini. Avec 135 nouveaux centres inaugurés en France l’an dernier selon les chiffres de Knight Frank, Basic-Fit peut se vanter d’être l’enseigne ayant ouvert le plus de commerces en 2023 dans le pays, devant son compatriote Action.

2 - Le sac à dos, l’accessoire inattendu que tout le monde s’arrache

Après avoir lu ces lignes, vous ne verrez plus que lui. Dans la rue, les transports en commun, pour partir en vacances, le sac noir aux liserés orange Basic-Fit est partout au point de devenir un phénomène de mode complètement inattendu comme les baskets Lidl et le sac bleu d’Ikea. Pratique grâce à ses grandes poches mais doté d’un look assez banal, le sac à dos se retrouve sur de nombreuses épaules et participe grandement à la notoriété de la marque. Au-delà de son coté pratique, porter ce sac à dos montre aux autres quelque chose de sa personnalité. "Le sac est apparu en 2018 mais de manière ponctuelle, on en offrait pour l'ouverture d'une salle, se rappelle Fabien Rouget, le responsable du développement de Basic Fit en France pour BFMTV. Mais vu le succès, la direction a décidé en juillet 2021 de l'offrir pour chaque nouvelle adhésion d'un an. Il a changé de couleur depuis mais il reste très identifiable".

En s’appuyant sur les chiffres de ses adhérents, Basic-Fit estime à 1,5 million le nombre de sacs en circulation en France. Sur les réseaux sociaux, de nombreux comptes lui rendent hommage.

Si vous le voulez sans payer l’abonnement à la salle de sport, il est possible de le trouver sur les sites spécialisés comme Vinted ou Leboncoin contre quelques euros.

3 - Un 800e centre sur la "plus belle avenue du monde"

Après avoir ouvert sa 500e salle en France il y a seulement trois ans, Basic-Fit a inauguré son 800e centre au début de l’année 2024 et pas n’importe où. Sûre de sa force, l’entreprise née aux Pays-Bas en 1984 et transformée en 2011 par René Moos et Éric Wilbort, deux anciens tennismen professionnels hollandais, a débarqué sur la mythique avenue des Champs-Élysées. Un bel accomplissement pour une entreprise qui a soigneusement tissé sa toile pour devenir le leader du secteur en France. Si l’Hexagone constitue d'assez loin son plus gros marché, la chaîne de fitness est présente dans cinq autre pays, les Pays-Bas, bien sûr, mais aussi la Belgique, le Luxembourg, l’Espagne et l'Allemagne. Au total, Basic-Fit comptabilise plus de 1 400 salles dans six pays et 3,75 millions d’adhérents. À ce rythme, la barre des 4 millions de membres devrait rapidement être franchie.

4 - Teddy Riner, un ambassadeur de taille

Quelques jours avant la crise du Covid-19 et la fermeture de ses salles, Basic-Fit a eu le nez creux en signant un partenariat avec l’un des sportifs français les plus populaires : Teddy Riner. "Nous sommes très fiers de démarrer cette année 2020 par la signature de ce partenariat avec le grand champion Teddy Riner, l’un des sportifs et personnalités préférés des Français, avec qui nous partageons une grande mission : celle de promouvoir la pratique du sport", s’enthousiasme Basic-Fit dans un communiqué.

Sacré champion du monde de judo à onze reprises et également double champion olympique en individuel, le colosse livre ses conseils d’entraînement aux abonnés et donne quelques cours de temps à autre. En prêtant son image à la plus grande chaîne de salles de sport en France, Teddy Riner entend bien démocratiser la pratique du sport dans tout le pays et rattraper le retard de la France dans ce domaine.

5 - Les mineurs autorisés à souscrire

Basic-Fit est-elle trop permissive avec les mineurs ? C’est ce que laisse à penser l’UFC-Que Choisir dans un article publié le 17 janvier dernier qui s’étonne de la facilité pour les mineurs de souscrire à un abonnement sans l’autorisation des parents. Une mère de famille a ainsi eu la surprise de voir son compte débité de 39,98 € suite à l’inscription de son ado à la salle. Selon elle, son fils "n’a pas compris l’expression 'tacite reconduction' ni mesuré l’impact sur ses finances".

Questionné par l’UFC-Que Choisir, Basic-Fit a reconnu vendre des abonnements à toute personne âgée de plus de 16 ans qui le souhaite. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la loi n’interdit pas formellement la souscription d’un contrat à un mineur. "Sachant que des parents ne vont a priori pas aller en justice dans ce genre de circonstances, Basic Fit ne court donc pas de risques inconsidérés en agissant ainsi", conclut l’UFC-Que Choisir.

VIDÉO - Basic Fit : des salles de sport condamnées à de lourdes amendes